Rechercher sur le site

Une ville intelligente garantit une alimentation saine à tous

Si elle veut être une "ville intelligente", Paris doit intégrer dans son projet une vraie réflexion sur l’alimentation et l’agriculture urbaine. Un vrai projet écologique et créateur d’emploi, fournissant une alimentation de qualité pour tous à prix abordable. Notre ville doit intégrer la production locale d’une alimentation saine, en circuit court, favorisant la biodiversité et respectueuse, viable pour les producteurs.

Retrouvez l’intervention de Fanny Gaillanne

Madame la Maire,

La ville intelligente que nous voulons créer doit intégrer une vraie réflexion sur l’alimentation et l’agriculture urbaine à Paris pour répondre à un réel besoin des parisiennes et des parisiens.

La sphère domestique s’est de plus en plus marchandisée et l’alimentation s’est fortement industrialisée. Les jardins ouvriers ont connu un déclin important tout au long du 20e siècle. Enrayer ce phénomène est un enjeu politique fort.

Les dérives productivistes d’un agroalimentaire destructeur d’emploi, nuisibles à l’environnement et à la santé publique, vont clairement à l’encontre de l’intérêt général que nous défendons.

Nous pensons qu’à l’échelle locale, il est important d’avoir un vrai projet d’agriculture urbaine. Une agriculture écologique et créatrice d’emplois, fournissant une alimentation de qualité pour tous à prix abordable.

En s’intégrant plus facilement dans des circuits courts entre le producteur et le consommateur, celle - ci permet de diminuer les coûts, en limitant les frais de transport et de conservation et réduisant ainsi les émissions de CO2 et le besoin en énergie et en carbone fossile. La communication le rappelle : l’approvisionnement alimentaire est responsable à lui seul de 40% de notre empreinte carbonne.

Notre ville de demain doit intégrer la production locale d’une alimentation saine, en circuit court, favorisant la biodiversité et respectueuse, viable pour les producteurs. Une réflexion parisienne et métropolitaine sur la conservation de l’affectation de terrains agricoles en zone potentiellement urbanisable dans leurs documents d’urbanisme doit s’engager, pour construire une collectivité résolument tournée vers l’humain, favorisant l’autoproduction et l’indépendance vis à vis des marchés.

Je vous remercie

Publié le

30 mai 2015

Auteur-e-s