Rechercher sur le site

Intervention de Hervé Bégué sur l’hébergement des familles

Intervention en séance du Conseil de Paris des 29, 30 septembre et 1er octobre 2014

Madame la Maire, mes chers collègues,

Nous accueillons avec satisfaction cette délibération qui acte une évolution importante du dispositif hôtelier pour les familles à la rue et qui font l’objet de mesure de protection de l’enfance.

La gestion des réservations et des relations avec les hôteliers, paiement compris, par le SAMU social est selon nous une avancée positive. Ainsi, les bénéficiaires n’auront plus à gérer les relations financières avec les hôteliers ce qui nous semble de nature à rassurer ces familles qui font déjà face à de nombreuses difficultés. Nous savions notamment que certains hôteliers n’hésitez pas à faire pression sur certaines familles, à en refuser certaines ou à moduler les prix des chambres.

Cette évolution est positive et s’inscrit dans la lignée des améliorations actés ces dernières années en matière de versement de cette aide aux familles qui tendent à décharger les familles d’une responsabilité supplémentaire.
Cela ne nous empêche pas de partager l’inquiétude de Danielle Simonnet sur la gestion par le Samu Social. Comment ne pas être inquiet lorsque l’on regarde avec attention la situation du dispositif d’hébergement d’urgence de droit commun ?
Le Samu Social, dans l’exercice des missions qu’il exerce pour le compte de l’Etat, rencontre de grandes difficultés à stabiliser rapidement les hébergés, de sorte que certains sont balloté d’hôtel en hôtel, du nord au sud de l’Île de France, pendant de longues semaines.

Au-delà de ces difficultés de gestion, les pratiques internes de cet opérateur sont mises en cause par ses salariés qui dénoncent régulièrement leur mauvaise condition de travail. Rappelons-nous notamment du mouvement de grève de 2011 qui avait été massivement suivi.

C’est pour ces raisons que voterons cette délibération et que nous souhaitons pouvoir suivre la mise en œuvre de la convention tri partite. Le cadre de la 4e commission nous parait en effet adapté à cette volonté. Nous voterons donc également le vœu de l’exécutif.

Je vous remercie.

Publié le

6 octobre 2014

Auteur-e-s