Rechercher sur le site

Intervention de Jean Noël Aqua relative aux tarfis réglementés d’élctricité sur les sites de petite puissance

Madame la maire,

Voici un sujet où les lignes sont parfois paradoxales. Si la nationalisation de l’électricité est le fruit de l’alliance entre communistes et gaullistes à la sortie de la guerre, nous nous retrouvons aujourd’hui dans des situations parfois contre nature.

Je m’explique. Nous parlons du marché d’électricité, et sur les sites de petites puissances.

Si la loi européenne nous oblige à libéraliser le marché des moyennes et hautes puissances, rien ne nous oblige à le faire pour les petites puissances. Comme je vais l’expliquer, nous cherchons donc par notre voeu à préserver le service public en préservant les tarifs régulés sur ces sites de petites puissances. Le voeu bis proposé par l’exécutif est contradictoire avec notre voeu. Contrairement à ce que l’on me dit, il n’y a pas de tarif régulé avec du 100% renouvelable. Nous voterons donc contre le voeu bis qui est incompatible avec notre voeu. Nous regrettons aussi que le manque de transparence nous amène à cette situation curieuse.

Je voudrais replacer notre discussion dans un contexte historique. Vous le savez, c’est Marcel Paul, communiste, résistant, déporté à Aushchwitz, ministre du général de Gaulle, qui nationalise le secteur de l’énergie et crée EDF. Nous célébrons aujourd’hui l’esprit de la résistance. Il serait aberrant de dilapider son héritage. De dilapider cet écrin qu’est le programme commun de la résistance qui réussit à faire le ciment entre différentes familles politiques. Je vous lis seulement une phrase de ce programme commun

"Unis quant au but à atteindre, …, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques, groupés au sein du CNR, proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la Libération, afin de promouvoir les réformes indispensables :
le retour à la nation de tous les grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d’énergie (… aux) grandes banques "

C’est le but de notre voeu : préserver ce système public national.

Pourquoi voudrions-nous promouvoir les recettes éculées de la mise en concurrence et de la déréglementation ? En réponse à notre voeu, on me dit que la déréglementation et la mise en concurrence sont – je cite - une ‘opportunité’ permettant de prendre en compte les objectifs écologiques.

Que nous propose le voeu bis :
- de détricoter le caractère national des sources d’énergie
- de casser le service public

C’est notre combat de toujours. C’est notre combat d’aujourd’hui : nous lutterons activement pour qu’une majorité de gauche préserve et développe les services publics.

Publié le

27 mai 2015

Auteur-e-s