Rechercher sur le site

Intervention de Nicolas Bonnet Oulaldj relative à l’inspection générale de la Ville de Paris

Madame la Maire, mes chers collègues,
Cette délibération aurait pu être une délibération comme tant d’autres qui bénéficient de la bienveillante unanimité de notre conseil. Mais c’était sans compter sur la mesquinerie de l’opposition municipale qui a cru bon se scandaliser de la nomination d’un ancien élu de notre groupe Pierre Mansat s’il faut le nommer, dans le corps de l’inspection générale de la ville de Paris.

D’abord nous nous félicitons que la ville de Paris soit l’une des rares collectivités qui puisse s’appuyer sur l’expertise et la compétence d’un corps d’inspectrices et d’inspecteurs généraux. Combien de fois l’association des Directrices et Directeurs généraux des services des collectivités territoriales a rappelé la nécessité de la création par la loi d’un corps d’inspection générale dans les collectivités locales.

Souvent critiqué le corps de l’inspection générale fait du bon travail et aide l’exécutif mais surtout l’ensemble des conseillers de paris dans leur réflexion ou dans la prise de décision.

Paris va bien au-delà de ses obligations légales en s’obligeant à publier les rapports de l’inspection, ce que personne ne fait systématiquement.
Le corps de l’inspection doit encore être plus et mieux sollicité car ses rapports et enquêtes sont d’aussi bonne tenue que des audits extérieurs qui coûtent fort cher à la collectivité.

De plus il a l’avantage, que sa composition puisse refléter la diversité des compétences qui ont été mises au service de la ville. Bien entendu les hauts fonctionnaires, mais aussi certainement d’anciens élus, voire d’anciens syndicalistes ou de personnalités de la vie associative peuvent et doivent pouvoir y trouver leur place.

Mais en dénonçant la nomination de notre ami Pierre Mansat vous retrouvez les accents des orateurs de droite quand a été mis en place la troisième voie d’accès à l’Ena proposition du Ministre communiste de la fonction publique Anicet le Pors, ou quand Martine Aubry a élargi le système de validation des acquis d’expérience dont de nombreux élus bénéficient.

C’est toujours la même rengaine, transpire chez vous le procès en illégitimité de certains à occuper certains postes. Mais avant que de vous répandre dans la presse regardez la poutre qui est dans votre oeil.

Avez-vous une idée du nombre de personnes issues des cabinets ministériels qui occupent les postes d’inspection générale, voire d’anciens élus ? N’avez-vous jamais, lorsque vous étiez Ministre, madame la Présidente proposé au tour extérieur des personnalités de votre sensibilité politique pour compléter une équipe d’inspecteurs généraux ? Toutes et tous choisis sur leur compétence et leur attachement au service public bien entendu ?

Voyez-vous je préfère qu’un élu qui a consacré plus de dix ans de sa vie aux parisiennes et aux parisiens puisse mettre ses compétences au service de la ville au sein de l’inspection générale plutôt que d’autres qui font le choix d’aller pantoufler dans les entreprises du CAC 40.

Publié le

17 juin 2014

Auteur-e-s