Rechercher sur le site

Intervention de Nicolas Bonnet Oulaldj sur le plan stratégique Paris intelligent et durable

Madame la Maire,

Une ville intelligente, c’est une ville qui est construite d’abord pour l’être humain et non pour les marchés. C’est ce Paris pour toutes et tous pour lequel les parisiennes et les parisiens ont choisi de nous faire confiance. C’est une ville qui émancipe et pas qui aliène auquel nous aspirons.

Ce nouveau type de développement urbain intègre dans les avancées permises par les progrès technologiques, des progrès qui doivent être au service d’une ville plus respectueuse de l’environnement, plus économe en énergie et moins polluante. C’est tout l’enjeu de développement de l’économie circulaire.

La ville intelligente est celle qui garantira le mieux l’amélioration quotidienne de la vie des parisiennes et des parisiens, et favorise l’émancipation de tous.

Cette communication, ambitieuse à plusieurs titres, fait à notre avis l’impasse sur des enjeux comme l’emploi, le temps libre ou encore la réduction des inégalités.

Le vrai défi est de lier l’intégration des nouvelles technologies à un vrai projet de partage, de répartition des richesses, des pouvoirs et des savoirs. Un projet qui réduit, de fait, les inégalités.

C’est pourquoi nous pensons que dans cette démarche, il est utile de commencer par les fins et non par les moyens.

D’abord la création d’emploi, le retour du « fabriquer à Paris », mais aussi la conquête du temps libre. Nous devons également s’assurer que l’investissement dans le transport collectif et la logistique urbaine soit à la mesure de nos ambitions.

Si nous voulons combattre la précarité énergétique, ces nouveaux capteurs, qui nous aideront à limiter les déperditions, doivent aider également les particuliers dans cette période où le coût de l’énergie pèse de plus en plus sur les foyers.

Si nous voulons nous inscrire dans la démarche nécessaire de l’ouverture des données de la ville au plus grand nombre, par le biais de « l’open data », alors nous devons veiller à un vrai travail de vulgarisation de ces données et favoriser l’éducation populaire, afin que tous puissent réellement s’approprier des documents ardus à la lecture pour celui qui n’est pas rompu au droit public.

Enfin, si nous voulons développer le sport et la culture, la ville intelligente que nous développons ne doit pas se cantonner à la création de nouveaux produits de consommation, mais se servir de l’innovation pour également développer l’engagement bénévole et l’accès au sport pour tous.

Ce ne sont là que de simples exemples pour dire que l’inclusion de la technologie dans le service public devra servir des objectifs de progrès social. Ne tombons pas dans l’illusion que la technologie remplacera l’humain, et que les plans de modernisation pourront maquiller les réductions de personnel.

Notre vœu sur les personnels en guichet dans les gares et stations de métro et de RER le démontre, le remplacement des personnels par des bornes automatiques, créant plus de problèmes que d’avantages, montrent que la déshumanisation du service public est tout sauf la solution.

Le groupe communiste Front de Gauche soutient ce plan stratégique pour faire de paris une ville intelligente. Mais, plus que la labellisation de « ville intelligente », affirmons notre label de Paris pour toutes et tous, pleinement ancrée dans la modernité.

Je vous remercie.

Publié le

26 mai 2015

Auteur-e-s