Rechercher sur le site

"La première des valeurs que nous devons défendre est celle de la Paix"

Paris doit agir pour le respect des valeurs universelles, la paix, les droits de l’homme,
la liberté d’expression et de circulation. Nous avons fait adopté un voeu afin d’interpeller les autorités compétentes pour que Mumia soit traiter humainement et dignement. Nous regrettons le rejet de notre voeu afin que Marwann Barghouti soit élévé au rang de citoyen d’honneur de la ville.

Retrouvez l’intervention de Raphaelle Primet

Définir la politique internationale de notre ville, c’est affirmer une vision du monde et guider par cette vision décider des différentes actions qui contribueront à donner du sens et une cohérence à cette politique. Dans votre communication il manque d’un fil directeur fort. Pour nous cette vison est celle d’un monde de paix, d’une société faites d’égalité, de liberté, de fraternité , de respect des valeurs universelles et des droits de l’homme , ou l’humain et la nature sont au centre .

La première des valeurs que nous devons défendre est celle de la Paix, nous faisons partie de l’association des Maires pour la Paix mais notre action reste insuffisante. Nous pourrions prendre plus d’initiatives notamment en redonnant de l’ampleur à la journée mondiale de la paix le 21 septembre en organisant rencontres et évènement, en apposant le drapeau de la paix aux frontons de nos mairies d’arrondissement .La question du désarmement et de la non-prolifération des armes nucléaires pourrait être un des axes forts de la journée.

En ce sens, la délégation du conseil de Paris en Israël et Palestine aurait pu s’inscrire dans ce souci d’œuvrer pour la paix .Nous n’avons pas eu connaissance du programme en amont et nous ne comprenons pas la rencontre avec l’Association des Maires des Villes qui regroupe des colonies israéliennes qui sont illégales au regard du Droit international et le maire de la ville occupée de Jérusalem. Vous auriez pu rencontrer les associations et les forces politiques pacifistes israéliennes ou les soldats de « Breaking the silence ». Si nous voulons une paix juste et durable avec deux États libres et indépendants, vivant en paix côte à côte, sur les frontières de 1967, nous ne pouvons-nous contenter d’un vison symétrique, d’un statuquo mettant le signe égal entre l’occupant et l’occupé.

Sachant que la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens est un préalable pour des négociations de paix ,et qu’une campagne internationale est en cours nous profitons de ce débat pour vous demander d’élever Marwan Barghouthi au titre de citoyen d’honneur de Paris comme Creil ville socialiste l’a déjà fait.

Nous le disions , Paris doit agir pour le respect des valeurs universelles et des droits de l’homme, la liberté d’expression et de circulation .En 2001, nous avions élevé Mumia Abu Jamal citoyen d’honneur parce que nous sommes une ville engagée contre la peine de mort et qu’il est le symbole de cette lutte. Nous alertons nos collègues par un vœu, Mumia est en danger de mort, la justice de classe raciste du tribunal de Pennsylvanie ayant dû à cause des mobilisations reculer sur la peine de mort, met la sentence à exécution de façon détournée en ne soignant pas Mumia. Depuis l’écriture de ce vœu sa santé empire et nous vous demandons madame la maire de bien vouloir interpeller les autorités compétentes pour que Mumia soit traiter humainement et dignement.

Par ailleurs vous recevez prochainement le maire de Mexico ainsi que l’ambassadeur du Mexique, nous souhaiterions l’interpeller au sujet des 43 étudiants disparus, dont une délégation des proches « l’Euro Caravana 43 » était récemment à Paris pour demander justice dans le cadre d’une tournée européenne.

Nous voulons une ville solidaire qui travaille à sortir les biens communs de l’humanité des griffes du marché et à permettre à tous d’y accéder .Nous apprécions l’action internationale de la ville dans le cadre de la coopération décentralisée et approuvons la décision qui fait de Paris la première ville à étendre le dispositif Oudin à la question primordiale des déchets. Ces actions représentent des enjeux budgétaires importants, nous pensons que nous devrions travailler à les rendre plus visibles aux parisiennes et aux parisiens et à favoriser leur implication en intégrant mieux les questions internationales dans le débat politique local.

A la veille de la COP21 à Paris, nous nous interrogeons sur les contradictions entre les politique de lutte contre les dérèglements climatiques et les politiques économiques de libre échange qui permettent chaque jour un peu plus aux multinationales d’imposer leurs lois au mépris des droits humains.

Ces rencontres au sommet, faites sous l’égide des états et des grandes entreprises, continuent de favoriser des modèles de production à grande échelle, à vendre une approche de compétitivité agricole au détriment des systèmes agroalimentaires. Ces sommets ne sont que l’occasion de fournir toujours plus d’aide aux capitaux privés pour contrôler la terre, l’accès à l’eau et aux richesses agricoles, privatiser les biens communs.

Cette logique de marché est sous-jacente dans le marché des crédits carbone et d’autres fausses solutions au changement climatique ; elle permet la privatisation de la Terre-Mère, elle nuit aux droits des peuples et met en péril les biens communs de l’humanité.

Le problème du changement climatique n’est pas seulement environnemental, et ce sommet doit être l’occasion de construire un modèle de société allant au-delà de l’ « économie verte », laquelle, en se reposant sur la logique du capitalisme, met un prix à la nature et entraîne sa « marchandisation ».

Nous souhaitons que les citoyens s’emparent de cette question et que la ville laisse une place au sommet des peuples au-delà d’Alternatiba, pour construire un vrai espace de dialogue ouvert avec tous les citoyens impliqués et l’ensemble des parisiens.

Dans votre communication le tourisme prend une grande place, prenons garde à ne pas devenir seulement une ville musée .Le rayonnement de Paris c’est construit dans l’histoire comme celui de la France, Paris doit être la ville des droits de l’homme, une terre d’asile, une ville courageuse. Les questions internationales se traitent aussi sur notre territoire : quel accueil des mineurs étrangers isolés ou des réfugiés politiques et pas seulement des artistes …

Nous le savons notre action internationale joue un rôle primordial dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme à travers les échanges culturels, la découverte des différences, c’est donc un combat permanent que nous devons mener.

Publié le

30 mai 2015

Auteur-e-s