Rechercher sur le site

Intervention de Sergio Tinti relative à la subvention à l’UNSS

Le soutien de la ville est essentiel — indispensable même — à la continuité du bon fonctionnement du Service Régional UNSS de Paris.

Retrouvez l’intervention de Sergio Tinti

Madame la Maire, mes cher-e-s collègues,

l’Union Nationale du Sport Scolaire a pour objectif d’organiser et de développer la pratique sportive pour les élèves du second degré de l’enseignement public. C’est une instance importante : avec plus d’un million de licenciés sur le territoire national, elle est la 3e instance après la Fédération Française de Football et la Fédération Française de Tennis.

En région parisienne, c’est plus de 21 500 adhérents qui sont concernés par les nombreuses activités de l’UNSS : l’organisation des compétitions scolaires dans plus de 30 disciplines, l’organisation de manifestation sportives ouvertes à toutes et à tous, l’aide aux associations affiliées disputant des compétitions nationale et enfin, la formation de jeunes arbitres, la formation aux premiers secours et la formation des enseignants.

Le soutien de la ville est essentiel — indispensable même ¬— à la continuité du bon fonctionnement du Service Régional UNSS de Paris. C’est pourquoi nous nous prononcerons favorablement sur cette délibération.

Toutefois, je voudrais attirer votre attention, mes cher-e-s collègues, sur le fait que la plus grande partie des 65 000€ versés par notre ville en soutien à l’UNSS couvre les frais de location des créneaux dans les installations sportives parisiennes. Nous souhaitons, Madame la Maire, étudier la possibilité d’une augmentation de cette subvention pour les prochaines années, afin de concrétiser notre volonté de donner leur juste valeur aux pratiques sportives scolaires, car, à présent que nous nous sommes fixés pour objectif le développement de la pratique sportive des jeunes Parisiennes et Parisiens en vue de la candidature de Paris aux JO de 2024, nous devons redoubler d’efforts !

En effet, Madame la Maire, c’est bien dans nos collèges et dans nos lycées que se trouvent les futurs athlètes qui porteront les couleurs de la France aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. La génération 2024 se trouve aujourd’hui dans nos établissements ; et c’est à la Ville de la soutenir, de l’accompagner et de l’impliquer, au moment même où le Ministère, avec sa réforme des programmes qui laisse toujours moins de place au sport, s’en désintéresse.

Je vous remercie

Publié le

28 septembre 2016

Auteur-e-s