Rechercher sur le site

Intervention de jean Noël Aqua " nous sommes contre les subventions aux lycées privés "

Intervention en séance du Conseil de Paris des 20, 21 et 22 octobre 2014

Madame la maire,

Le groupe communiste - Front de gauche pense, pour reprendre la formule de la délibération, que les subventions à ces sept établissements privés n’est pas opportune.
Tout d’abord, étant attachés à l’école publique, nous sommes par principe contre l’aide des collectivités à l’égard des établissements scolaires privés. L’école républicaine doit être pour nous un lieu de mixité et un véritable vecteur de réduction des inégalités sociales.

Nous déplorons déjà grandement les dérogations non justifiées du rectorat en ce qui visent à sortir les classes moyennes et supérieures des écoles, collèges et lycées des quartiers populaires vers des établissements dits plus « huppés ». Les conséquences de ces coups de canif au périmètre de la carte scolaire parisienne sont dramatiques pour les établissements de ces quartiers, qui deviennent des foyers de concentration de difficultés sociales.

Nous sommes alors d’autant plus critiques à l’encontre des établissements scolaires privés, qui proposent, moyennant finances, de se substituer à cette carte scolaire, et qui créent donc une nouvelle sélection sur des critères économiques.

De plus, certains de ces lycées sont des institutions confessionnelles, et nous pensons que les collectivités locales, financées par la contribution universelle de l’impôt, n’ont pas à financer des institutions à caractère religieux.

C’est pourquoi nous refusons, au regard de l’intérêt public et du principe de laïcité auquel nous sommes indéfectiblement attachés, d’accepter que notre collectivité finance des établissements scolaires qui se mettent eux-mêmes en dehors du projet d’école républicaine que nous défendons.

Au moment où, dans ce même conseil, nous abondons les collèges les plus fragiles de dotations supplémentaires pour améliorer ce projet d’école commune à tous, les moyens de la ville devraient aller en priorité à l’amélioration de l’école publique.
Nous voterons donc contre cette délibération. Et nous pensons, d’ailleurs, que ces deux cent trente-deux mille euros engagés par cette délibération serviraient bien mieux l’intérêt public s’ils s’ajoutaient, par exemple, aux neuf cent mille en direction des collèges les plus fragiles.

Je vous remercie.

Publié le

20 octobre 2014

Auteur-e-s