Rechercher sur le site

Intervention de rAPHAELLE pRIMET SUR LES Dérogations au plafond mensuel de 25 heures supplémentaires pour certains personnels de la Ville de Paris

Conseil de Paris
26,27,28 mai 2015

Madame la Maire, mes chers collègues,

Le groupe communiste-Front de Gauche votera contre cette délibération qui propose d’élever, pour certains agents de la ville, le plafond des heures supplémentaires à 70 heures par mois, excusez du peu.

Comment ne pas être étonné par cette délibération. Digne du fameux slogan du « travailler plus pour gagner plus », pourtant porté par un gouvernement de droite à l’époque. Nous savons aujourd’hui que le travailler plus ne s’est pas traduit par un gagné plus pour les salariés, bien au contraire. La loi Macron va d’ailleurs enfoncer le clou de cette logique en généralisant le travail du dimanche tout en supprimant les avantages qui lui étaient jusqu’alors lié.

Quelle surprise donc de voir cette idée revenir par la fenêtre de cette délibération. Une autre maxime aurait tout aussi bien convenu à la situation : « faire travailler plus pour embaucher moins ».

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, mener à bien notamment l’opération Paris Plage sans procéder aux embauches suffisantes. Le résultat nous le connaissons, des agents à qui l’on demande toujours plus de travail et des services en surchauffe. Nous nous étonnerons ensuite, à l’automne, de l’absentéisme et des arrêts de travail quand nos agents auront été poussé à bout, que la fatigue se fera sentir et que les corps commenceront à lâcher.

Nous connaissons également les contraintes liés au déplafonnement de ces heures supplémentaires. Ces heures seront-elles toutes payées ? Les agents auront-ils la possibilité de récupérer ces heures ? Ou alors, à l’image de ce que l’on voit aujourd’hui dans le monde hospitalier, les heures supplémentaires ne seront jamais réglés par la Ville et les jours de récupération impossible à prendre car les services ne disposeront pas des effectifs suffisant pour le permettre ?

Cette mesure est une nouvelle rustine pour le budget de la Ville. A l’heure où l’Etat poursuit sa fuite en avant en réduisant de moitié la dotation globale de fonctionnent, de 1,2Mds d’€ à 600M d’€ en trois ans, tout en demandant à la ville de plus contribuer à la péréquation.

Cette délibération pose une question simple : allons-nous continuer à faire peser les baisses de budget sur nos services ? Allons-nous continuer à demander aux agents de catégorie C de travailler plus pour éviter de créer de nouveaux postes ?
Nous défendons pour notre part une autre voie, celle de l’identification de nouvelles recettes. La spéculation immobilière cause des ravages dans notre ville, qu’à cela ne tienne : augmentons les droits de mutation, augmentons les taxes sur les résidences secondaires et les bureaux vacants.

Le choix que nous devons faire est simple : mettre à contribution les agents du service public ou faire payer les spéculateurs ? Pour les élu-es communistes-Front de Gauche, le choix est déjà fait.

Publié le

27 mai 2015

Auteur-e-s