Rechercher sur le site

Intervention relative à la signature d’une convention avec l’association Les amis du Bus des Femmes (20ème)

Intervention de Ian Brossat

j’espère faire en sorte de permettre à Liliane CAPELLE de rester concentrée tout au long de mon intervention, mais je suis sûr que ce sera le cas.
L’association "Les amis du bus des femmes" agit depuis 1994 aux côtés des femmes prostituées et remplit des missions de prévention des maladies sexuellement transmissibles, d’information sur leur droit d’accès aux soins.
Elle porte également secours aux personnes victimes de la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle sous l’emprise de réseaux mafieux aux pratiques inhumaines.
Je me félicite à cet égard de l’amendement budgétaire de 30.000 euros qui a été adopté ce matin à l’initiative du groupe communiste et élus du parti de gauche, qui vise à lutter contre ce phénomène qui s’aggrave à Paris et en banlieue et du coup, à soutenir les associations qui se battent sur ce terrain.
La situation générale des prostituées se dégrade dangereusement. Les associations dénoncent en particulier les effets délétères de la loi de sécurité intérieure adoptée à l’initiative de Nicolas SARKOZY le 18 mars 2003.
Cette loi criminalise l’activité des prostituées en créant le délit de racolage passif passible de deux mois de prison et de 3.750 euros d’amende.
Ces femmes déjà vulnérables, jamais à l’abri des violences d’un client ou d’un proxénète, doivent en outre vivre dans l’angoisse permanente de la répression policière, et pour quels résultats ? Chassées, obligées de rester cachées, elles sont d’autant plus durement exposées aux risques d’agressions. Leur condition sanitaire se dégrade, et un nombre grandissant d’entre elles tombe dans la grande précarité.
"Les amis du bus des femmes" constate au cours de leurs rencontres et lors de l’accueil à leur permanence parisienne que les prostituées âgées vivent des situations particulièrement difficiles.
Cette délibération vise à ce que "Les amis du bus des femmes" bénéficient d’un budget de 5.000 euros pour dresser un état des lieux sur la situation des prostituées âgées de plus de 60 ans et formuler des propositions destinées à améliorer leur situation. C’est tout l’objet de cette délibération à laquelle nous exprimons notre soutien.

Publié le

16 décembre 2010