Rechercher sur le site

Intervention sur l’aménagement de la place de la République

Intervention d’Alain Lhostis

Comme le souligne l’exposé des motifs du projet de délibération, la place de la République est un endroit exceptionnel de par sa grandeur, en plein cœur d’une grande capitale, et par son histoire au travers de la symbolique des milliers de rassemblements, de départs de manifestations pour les revendications sociales ou pour la liberté qu’elle a accueillis.

Pour les habitants du 10e c’est aussi celle qui est en partie bordée par la caserne qui porte le nom du colonel Vérines, héros de la résistance décapité par les Allemands, caserne qui fut l’objet de combats violents dans le cadre de l’insurrection parisienne entre les troupes nazies et Paris insurgé.

Mais c’est aussi un lieu improbable autour duquel sont implantées des activités commerciales attractives, grandes enseignes et restaurants entraînant des flux de circulation automobile ou piétonne. C’est également un endroit de croisement de nombreuses lignes de transport en commun, bus ou métro et aussi un giratoire des flux de transit nord-sud et est-ouest de la capitale.

C’est un lieu comme cela a été dit sans lisibilité, sans cohérence et qui trace une tranchée quasiment infranchissable, tout particulièrement pour les piétons au centre de Paris. Comment rejoindre la bonne station de bus, la bonne entrée de métro ? A part pour les vieux initiés et encore, cela relève du labyrinthe.

L’an dernier, après plusieurs mois de consultations avec notamment des méthodes originales comme les marches commentées, notre conseil a approuvé les objectifs d’aménagement pour l’organisation d’un concours restreint de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement de la place. Le cahier des charges proposé aux candidats reposait sur un consensus autour du diagnostic et avait fixé des enjeux partagés comme place symbole de la République, lieu de convivialité et d’échanges à créer, privilégier et sécuriser les circulations douces piétons, clarifier les accès au métro, renforcer la liaison facilitée des quartiers environnants, garantir et valoriser l’esthétique et le patrimoine. Nous sommes aujourd’hui amenés à voter sur la signature d’un marché de maîtrise d’œuvre confié au groupement d’architectes Trevelo et Viger-Kohler, lauréat du concours.
Le parti pris de ce projet qui crée un grand parvis au nord réservé aux circulations douces et qui aura un prolongement vers le Faubourg du Temple convient évidemment à l’élu 10e que je suis en ce qu’il amorce une liaison piétonne vers le canal Saint-Martin. Mais ce n’est pas un point de vue égoïste, c’est un choix de cohérence de l’organisation de l’espace public parisien qui privilégie le piéton et essai d’effacer le côté taches de léopard des espaces piétonniers séparés par des flux de circulation automobile. Ceci étant, le choix qui nous est proposé en réorganisant les flux de circulation des voitures, préserve les nécessaires circulations indispensables notamment à la desserte des riverains et à l’activité économique.

Il y avait un débat sur les plantations d’arbres cette question a été tranchée par la prise de position des architectes des bâtiments de France, il y aura donc beaucoup plus d’arbres sur cet immense espace.

Les élus communistes et du parti de gauche sont donc favorables à ce projet de délibération. Toutefois l’importance des travaux et leur durée va nécessairement générer des impacts négatifs sur la vie des riverains et sur les embouteillages qu’ils vont générer. Il sera donc nécessaire que les services de la ville concernés veillent étroitement au quotidien à la bonne tenue de ses travaux notamment au niveau du bruit et de leur phasage. De ce point de vue, on pourrait imaginer pendant les deux ans de travaux qu’un lieu d’information mais aussi de recueil de réclamations soit ouvert sur place et par Internet sur Paris.fr. Il ne serait pas non plus inutile de rendre compte de l’avancement du chantier tous les semestres dans le cadre d’une réunion publique permettant l’expression du ressenti des conséquences des travaux sur l’environnement.
Pour terminer, je veux confirmer le vote positif du groupe communiste et des élus du parti de gauche. Nous avons hâte de fouler le nouveau revêtement de la place de la République dans les manifestations qui ne manqueront pas de s’y dérouler.

Publié le

31 mars 2010