Rechercher sur le site

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes : Un combat continu pour l’égalité

Communiqué de presse
6 mars 2015

Le 8 mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes depuis 1977 est une journée de mobilisation internationale pour rappeler que l’égalité entre les femmes et les hommes ne va pas de soi et demeure une priorité.

Les femmes sont les premières concernées par le chômage et le sous-emploi. Elles sont les premières touchées par les emplois précaires, le temps partiel subi ainsi que le travail dominical. Dans certains secteurs fortement féminisés (le nettoyage, la restauration, le grande distribution…), les embauches se font seulement à temps partiel.

De la réforme des retraites, à l’Accord national interprofessionnel sur la sécurisation des parcours professionnels, en passant par le projet de la loi Macron, les inégalités femmes/hommes se creusent.

La remise en cause des services publics du fait des restrictions budgétaires gouvernementales toute, en premier lieu, les femmes. Ainsi des fermetures des hôpitaux publics, notamment des maternités de proximité et des centres d’IVG, du manque criant de structures collectives de la petite enfance, de la pénurie dans l’éducation nationale, ou encore l’insuffisance de logements sociaux.

Une véritable politique de gauche exige tout autre chose.

Les élu-e-s communistes se sont toujours mobilisé-e-s aux côtés des associations féministes afin que l’égalité femmes/hommes soit toujours respectée et permanente.

Nous avons porté lors dernier Conseil de Paris une délibération qui permet de lancer un plan inédit d’hébergement pour les femmes victimes de violences :
- La création de 60 places en CHRS, 60 places en résidence sociale et la mobilisation de 50 logements, pour que chaque femme puisse retrouver une réponse conforme à son droit à la réparation.
- Une prise en compte de la situation des femmes victimes de violences lors d’échange de logement ainsi que la prise en compte du dépôt de main courante lors du système de cotation. - Une réduction du délai minimum d’inscription au fichier des demandeurs de logement social lors de l’Accord Collectif Départemental.

D’autre part, l’Observatoire Parisien des Violences faites aux Femmes, porté par notre adjointe au maire Hélène Bidard en charge notamment de l’égalité femmes-hommes, aura pour mission de rendre plus visible le phénomène, de mener des campagnes de prévention et de mettre en place des mesures opérationnelles pour protéger les victimes. Il sera un véritable point d’appui pour l’action des associations et l’ensemble des professionnel-le-s sur le territoire parisien.

Les élu-e-s communistes parisien-nes seront donc présent-es lors des nombreuses initiatives portés par Anne Hidalgo et Hélène Bidard samedi 7 mars et appellent à une large mobilisation le dimanche 8 mars lors de la manifestation unitaire.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste – Front de Gauche
au Conseil de Paris

Publié le

6 mars 2015

Auteur-e-s