Rechercher sur le site

L’État empêche les associations d’aider les réfugiés d’agir

Communiqué de presse
23 août 2016

Les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris dénoncent le harcèlement exercée depuis plusieurs semaines par l’État à l’encontre des réfugiés. Conformément à leur éthique et aux valeurs qu’elles défendent, les associations n’ont pas eu d’autres choix que d’arrêter les maraudes sociales qu’elles mènent en direction des migrants.

Les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris apportent leur soutien à cette décision des associations. Depuis plus d’une année, sous l’impulsion des élu-es communistes-Front de Gauche et de la majorité municipale, la Ville de Paris a œuvré pour la mise en place d’un dispositif de prise en charge immédiate et bienveillante des personnes et des familles qui ont dû fuir leur pays d’origine. Plusieurs avancées ont ainsi été obtenues, notamment au travers de la création de lieux d’hébergements. Mais l’État refuse toujours de s’engager pleinement en faveur d’une politique ambitieuse de solidarité comme en atteste le harcèlement que font subir les forces de police aux migrants depuis le début de l’été.

Les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris constatent avec amertume que le gouvernement actuel se situe dans la lignée du gouvernement de Droite qui, il y a 20 ans jour pour jour, avait ordonné l’évacuation des migrants de l’Église St Bernard.

Les élu-es communistes-Front de Gauche de Paris

Publié le

23 août 2016

Auteur-e-s