Rechercher sur le site

L’Hôpital Nord ne doit pas se faire au détriment des hôpitaux parisiens

Communiqué de presse

Le 4 décembre 2014,

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste-Front de Gauche
du Conseil de Paris

La Maire de Paris vient de se prononcer en faveur du projet d’Hôpital Universitaire du Grand Paris Nord (HUGPN) tout en déclarant que « ni la réhabilitation, ni même des opérations lourdes de mise aux normes et d’humanisation des tours de Bichat et Beaujon » ne permettront de répondre efficacement aux besoins de santé du Nord de Paris. Nous ne sommes pas de cet avis car nous pensons qu’une décision de cette ampleur ne peut être prise sans avoir mené au préalable une large concertation, qui pourrait notamment se dérouler lors des assises de la santé à Paris.

Les territoires concernés par ce projet (Nord de Paris, Seine-Saint-Denis et Nord-Est des Hauts-de-Seine) font face à un risque croissant de désertification de l’offre médicale de ville tandis qu’une forte proportion de leur population est confrontée à des situations de précarité et des difficultés d’accès aux soins croissants. A cela s’ajoute les nombreuses restructurations des services hospitaliers du Nord de Paris (Bichat, Beaujon, Lariboisière, Fernand Widal, etc) intervenues ces dernières années qui se sont traduites par la réduction du nombre de lits et la fermeture de services.

La fusion des hôpitaux Bichat et Beaujon au sein d’un hôpital géant nous parait aller à l’encontre des enseignements récemment tirés du fiasco de l’Hôpital du Sud Francilien, hôpital géant dont le financement en Partenariat Public Privé s’est révélé désastreux pour les finances publiques et la sécurité des patients. Nous n’oublions pas non plus que par le passé, le financement de l’Hôpital Pompidou s’est fait au prix de la fermeture de plusieurs hôpitaux dont l’offre n’a jamais été pleinement compensée.

La Maire de Paris affirme que ce projet fédère « la plus grande part des forces médicales et de recherche des hôpitaux Bichat et Beaujon ». Nous entendons de notre côté un autre son de cloche chez les personnels des hôpitaux et la population qui sont attachés à l’offre de soins de proximité. La Ville de Paris doit les entendre.
C’est ainsi que, tel que nous l’avions proposé en conseil de Paris au mois d’octobre, nous réitérons notre souhait de voir se tenir au plus vite des assises parisiennes de la santé associant le plus largement possible les élu-es locaux et les habitants concernés.

Dans l’attente de cette concertation, nous demandons donc que l’État et la Ville de Paris agissent auprès de la direction de l’AP-HP, pour qu’un moratoire soit déclaré sur l’ensemble des restructurations des hôpitaux et que ce projet d’Hôpital Nord du Grand Paris (HUGPN), soit suspendu jusqu’à l’aboutissement des assises parisiennes de la santé.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste-Front de Gauche
du Conseil de Paris

Publié le

4 décembre 2014

Auteur-e-s