Rechercher sur le site

L’accès universel à l’hébergement doit être assuré

Danièle Prémel présente le voeu du groupe relatif à la mise en place de critères restrictifs pour l’accès à l’hébergement en Ile-de-France. Ces restrictions est inadmissible. La loi garantissant un accès universel à l’hébergement. Les remises à la rue doivent de toute urgence être évitées.

Retrouvez son intervention et notre voeu

Madame la Maire, chers collègues,

Nous déposons ce vœu suite à l’alerte qui nous est parvenue par le maire de Gennevilliers.

Suite aux coupes budgétaires imposées par l’Etat, le 115 des Hauts de Seine s’est en effet mis au début du mois de mai à appliquer des critères réduisant considérablement l’accès à l’hébergement d’urgence. Si vous n’êtes pas une femme enceinte ou n’avez pas des enfants de moins de trois ans, votre famille doit retourner à la rue. De nombreuses familles hébergées ont ainsi reçu des courriers du 115 leur demandant de rendre leur chambre. Quant aux autres, elles peuvent toujours attendre qu’un opérateur prenne leur appel et leur propose une solution à leur détresse…

Mais quelle est cette politique qui considère que l’hébergement d’un enfant de 4 ans n’est pas urgemment nécessaire ?

Faut-il rappeler que l’accès à l’hébergement d’urgence est un droit pour toute personne en détresse dans ce pays ?

Nous souhaitons donc vous proposer d’interpeller l’Etat afin qu’il applique la loi garantissant un accès universel à l’hébergement.
Les remises à la rue doivent de toute urgence être évitées.

Par ailleurs, au regard de la saturation de l’hébergement en Ile de France, il est absurde que l’état coupe dans les budgets dédiés.

Au contraire tout nous invite à renforcer nos capacités à héberger les personnes et familles sans abri.

C’est tout le sens de ce vœu.

Word - 347.6 ko

Publié le

13 juin 2018

Auteur-e-s