Rechercher sur le site

La Ville de Paris soutient Wafaa Charaf, prisonnière politique au Maroc

Syndicaliste engagée au Parti de la "Voie démocratique", parti ouvrier marocain, Wafaa Charaf est aussi militante des droits humains engagée auprès des migrants sub-sahariens. Arrêtée de manière arbitraire après sa participation à une manifestation de soutien aux ouvriers de Tanger, Wafaa est depuis emprisonnée par le régime. Par l’adoption de notre vœu, la Ville de Paris lui exprime son soutien.
Retrouvez l’intervention de Raphaelle Primet

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Wafaa CHARAF est une jeune femme marocaine. A 28 ans, elle est engagée dans plusieurs organisations humanitaires, syndicales et politiques comme la "Voie démocratique". Wafaa s’occupe aussi du réseau de soutien aux migrants sub-sahariens qui, dans leurs parcours clandestin vers l’Europe, s’arrêtent à Tanger en attendant de pouvoir traverser la Méditerranée dans les conditions terribles que vous connaissez.

En tant que militant du mouvement du 20 février et l’Association marocaine des droits humains, elle participe à une manifestation pacifique en soutien aux ouvriers de la zone franche de Tanger arbitrairement licenciés par la multinationale américaine Greif, simplement parce qu’ils avaient voulu créer une section syndicale.

C’est ce qui lui a valu d’être enlevée et maltraitée par les autorités marocaines. Elle décide alors de ne pas se taire et de dénoncer son enlèvement. Pour toute réponse, elle est arrêtée puis condamnée en octobre 2014 à deux ans de prison ferme pour allégation mensongère de tortures, ainsi qu’à une amende de 5.500 euros que sa famille n’a pas les moyens de payer.

Malgré tout, rien n’entame sa détermination et de nombreuses voix s’élèvent contre l’injustice qui lui est faite, dont Marie-Christine VERGIAT, députée européenne, Laurence COHEN, sénatrice, et surtout de nombreuses organisations féministes politiques syndicales.

Son procès est politique, il montre la complicité entre les autorités marocaines et les grands groupes industriels qui veulent faire taire la voix des défenseurs des droits des travailleurs.

La situation de Wafaa est révélatrice des violations systématiques des droits humains au Maroc. Nous pensons que notre ville peut inciter le Gouvernement français à prendre toutes les mesures nécessaires afin d’obliger le Maroc, pourtant signataire de nombreuses conventions internationales, à respecter ses engagements.
Par ce vœu, nous vous demandons de prendre fait et cause pour Wafaa, d’agir pour sa libération, l’arrêt des poursuites, ainsi que pour la vérité sur l’enlèvement dont elle a été la victime, l’identité de ses ravisseurs et la punition des coupables.

Je vous remercie

Publié le

23 mai 2016

Auteur-e-s