Rechercher sur le site

La culture doit être un droit réel

A l’occasion d’une délibération en soutien à l’association Culture du coeur, Danièle Premel rappelle l’importance d’une culture accessible, émancipatrice, qui s’inscrit dans une démarche d’éducation populaire.

Retrouvez son intervention...

Madame la Maire, Chers collègues,

Je voudrais souligner l’intérêt du projet de l’association Cultures du cœur qui selon moi repose sur 2 entrées.

Celle de l’accès à des lieux culturels par la mise à disposition de places gratuites à une population éloignée de ces espaces par l’intermédiaire de structures sociales partenaires, et celle d’un travail d’accompagnement et d’une démarche pédagogique pour que le droit à la culture soit un droit réel et pas simplement un droit formel.

Ce processus se démarque fondamentalement d’un tirage de loisirs et d’une simple consommation d’une société marchande. Je voudrai au passage attirer l’attention des mots utiliser par la délibération et l’association Cultures du Cœur « loisirs culturels » C’est abîmer la culture de la confondre avec le loisir et c’est dommage que les mots employés masquent les finalités et les valeurs qui sous-tendent le projet et dans lequel je me reconnais.

Ce Projet que nous soutenons est aux antipodes des annonces du gouvernement sur le Pass culture, 500 € versés aux jeunes à leurs 18 ans, dont la ministre de la Culture précise que l’emploi de ce Pass est sans référence.

Nous sommes là dans l’idéologie de la marchandisation libérale dans lequel « la culture n’exprime plus le monde tel qu’il est et tel qu’il pourrait être ; Elle cède sa place au divertissement ».

Et comme l’a écrit Hannah Arendt « Cette société est essentiellement une société de consommateurs où le terme du loisir ne sert plus à se perfectionner ou à acquérir une meilleure position sociale, mais à consommer de plus en plus, à se divertir…l’attitude de la consommation, implique la ruine de tout ce à quoi elle touche ».

Je vous recommande de voir et de réfléchir sur l’expérience Italienne de leur Pass Culture et aux dérives qu’elle a entrainé.

Si j’ai fait ce détour critique du Pass culture proposé par le gouvernement c‘est pour souligner ce qu’il faut retenir et préserver du projet de l’association Cultures du Cœur : celui de s’inscrire dans une démarche d’éducation populaire comme un ensemble de moyens culturels et d’apprentissage mutuels qui visent à entretenir l’esprit critique sur la réalité sociale et le développement personnel et à s’engager dans un processus d’appropriation d’une culture émancipatrice partagée.

Nous espérons que lors des rencontres Bilan du Projet Cultures du Cœur, les valeurs de l’éducation populaires sont présentes.

Je vous remercie

Publié le

7 février 2018

Auteur-e-s