Rechercher sur le site

La dotation horaire globale des collèges et lycées est insuffisante

Jean Noël Aqua s’oppose à la baisse dotation horaire globale dans les collèges et les lycées. Avec cette baisse, c’est la qualité du service d’éducation qui est affectée et ce sont moins d’heures d’enseignement en face des élèves.

Retrouvez son intervention.

Notre vœu concerne la baisse de la dotation horaire globale des collèges parisiens.

En effet, derrière les effets de manche du gouvernement, derrière les postures communicantes de certain·e·s élu·e·s dans cette assemblée, les affichages de ce gouvernement pour l’éducation sont contredits par son action. La réalité est dure, mais elle reste.

Certes, pour ce gouvernement, la baisse de la dépense publique est l’alpha et l’oméga de toute politique publique. Certes la baisse du nombre de fonctionnaires est une de ses obsessions. Mais tout de même. Il fallait oser. Oser, c’est bien. Mais oser comme cela, c’est lamentable.

Nos collèges parisiens verrons donc leur dotation horaire globale diminuer de 459 heures à la rentrée 2018.

Cette baisse ne peut être justifiée par la baisse des effectifs, car les prévisions d’effectifs montrent que les collèges parisiens perdront seulement 60 élèves à la rentrée.

Avec cette baisse, c’est la qualité du service d’éducation qui est affectée. Avec ces heures en moins, ce sont moins d’heures d’enseignement en face des élèves. Ce gouvernement pense donc que le système d’éducation est tellement doté, qu’il fonctionne si bien, que l’on pourrait diminuer les heures d’éducation ?

Nous sommes affligés aussi de constater que les lycées parisiens vont voir leur DHG baisser de 125 heures.

Pour toutes ces raisons, nous voulons là aussi interpeller les pouvoirs publics pour nous opposer à la baisse de la dotation horaire globale dans les collèges et les lycées.

Publié le

22 mars 2018

Auteur-e-s