Rechercher sur le site

La petite ceinture transformée en discothèque en plein air ?

C’est avec stupéfaction que nous apprenons par les réseaux sociaux que ce samedi 24 septembre, un concert serait organisé par « Soukmachines » sur les rails de la petite ceinture, avec « groupes endiablés et DJ survoltés » et « bar sur place » jusqu’à minuit à Villa du Bel Air dans le 12ème arrondissement.

Comment la Mairie de Paris et la SNCF, ont- elles pu prendre une telle décision alors que la concertation sur l’occupation du domaine de la petite ceinture n’est pas achevée ? Une telle initiative va bien au-delà de ce qui nous a été présenté, à savoir « des ateliers participatifs pour réfléchir ensemble aux futurs usages » pour répondre à de nombreuses questions telles que les moyens financiers et humains qui vont être mis en œuvre pour gérer, entretenir le site et sécuriser les bâtiments voisins ou les éventuelles incivilités et dégradations.

À aucun moment les riverains n’ont été informés de la tenue de ce concert, un lieu qui se trouve d’ailleurs à proximité de l’hôpital pour enfants Armand Trousseau et de la Maternité des Bluets !

La convention de partenariat entre la ville et la SNCF, votée en Conseil de Paris repose sur trois conditions : préserver la biodiversité, la tranquillité des riverains et le patrimoine ferroviaire.

Sans remettre en cause le droit des parisiens de faire la fête dans les lieux de la capitale, nous rappelons que la vocation première de la petite ceinture réside dans la mixité des usages du rail à caractère de loisirs et de transport comme le vélo rail ou les draisines qui elles, et que les premières expérimentations devrait être dans ce sens.
Nous n’accepterons que l’on fasse fi des orientations adoptées démocratiquement et le fait que certains aient choisi avant même que la concertation ne soit terminée.

Nous ne comprenons pas pourquoi ce concert est autorisé, alors que tant d’évènements sportifs et culturels implantés dans notre ville depuis longtemps ont été annulés pour des raisons de sécurité ces derniers mois ?

Nous demandons que les conditions d’autorisation de ce concert soient réexaminées et qu’aucune initiative de ce genre ne soit prise avant la fin de la concertation.

Nicolas Bonnet Oulaldj

Publié le

19 septembre 2016

Auteur-e-s