Rechercher sur le site

Le jardin « Clara Zetkin » s’installera dans le 13ème

Jean Noel Aqua a tenu à rappeler tout l’engagement de cette fille d’instituteur et d’une militante féministe, née en 1857 en Allemagne. En 1878, elle adhère au SAP. Les lois anti-socialistes la contraindront à l’exil : en 1882 elle s’installera au côté de son compagnon dans le 13ème arrondissement. En 1889 au Congrès de la Deuxième Internationale, elle revendique l’émancipation des femmes par le travail et l’égalité totale des droits sociaux et professionnels.

Retrouvez son intervention

Madame la Maire, mes cher(e)s collègues,

Fille d’un instituteur et d’une militante féministe, Clara Zetkin, née Eissner en 1857 en Allemagne, étudiera à l’école normale des femmes de Leipzig.

En 1878, à 21 ans, elle adhère au SAP, ancêtre du Parti Social-Démocrate Allemand (SPD). Les lois antisocialistes la contraindront à l’exil ; expulsée de Saxe, elle passera par Zurich, avant de s’installer en 1882 au côté de son compagnon dans le 13ème arrondissement de Paris, ils y habiteront 4 ans. C’est là où elle deviendra correspondante du journal du SPD, et où son compagnon prendra la tête du premier mouvement des ouvriers immigrés à Paris.

Nous nous réjouissons que cet arrondissement accueille un espace à sa mémoire.

Elle participera en 1889 au Congrès de la Deuxième Internationale. Revendiquant l’émancipation des femmes par le travail et l’égalité totale des droits sociaux et professionnels entre hommes et femmes, elle déclarera : « la situation des travailleuses est identique à celle des travailleurs », et affirmera la place que devront prendre à l’avenir les femmes dans la lutte des classes.

Son retour dans une Allemagne libérée des lois antisocialistes lui permettra de développer le mouvement féminin socialiste et de créer en 1892 le journal « l’Égalité ».

Membre du Parti Social-Démocrate Allemand depuis 1906, elle sera élue dès 1907 Présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes. Elle proposera en 1910 avec Alexandra Kollontaï la création de la « Journée Internationale des Femmes » afin de militer pour le droit de vote des femmes – objectif principal de l’Internationale des Femmes Socialistes – l’égalité des sexes et le socialisme.
Cette journée est à l’origine de la « Journée Internationale des droits des Femmes » officialisée en 1977 par l’ONU.

L’internationale des Femmes Socialistes était également résolument pacifiste. Alors que la « grande guerre » est imminente, Clara Zetkin dénoncera en 1914 la course à l’armement et appellera au « sens de la solidarité des prolétaires » et au « sublime message de la paix socialiste ».

Elle fondera clandestinement, avec son amie Rosa Luxemburg notamment, la Ligue Spartakiste, s’opposant à la guerre et militant pour le pouvoir aux Conseils Ouvriers.

Au sortir de la Première Guerre Mondiale, la révolution allemande de novembre 1918 permet aux femmes l’obtention du droit de voter et d’être élues. Clara Zetkin, alors exclue du SPD, adhèrera en 1920 au Parti Communiste Allemand (KPD) – dont elle sera plus tard une dirigeante – et sera élue députée de 1920 à 1933.
Elle participera au 18ème Congrès de la SFIO à Tours en 1920, qui verra une branche adhérer à la IIIème Internationale, donnant naissance à la Section Française de l’Internationale Communiste.

En 1932, Présidente du Reichstag en sa qualité de doyenne, elle s’opposera courageusement au nazisme et au fascisme appelant « le front uni de tous les travailleurs pour repousser le fascisme, et pour conserver ainsi aux esclaves de l’exploitation la force et la puissance de leurs organisations, et même tout simplement pour les conserver en vie. »

Après l’arrivée des nazis au pouvoir, le Parti Communiste Allemand sera interdit et Clara Zetkin, alors exilée à Moscou, s’éteindra en 1933.

C’est avec une profonde admiration de son parcours de femme, et une éternelle reconnaissance de ses luttes que nous voterons cette délibération.

Je vous remercie.

Publié le

8 avril 2016

Auteur-e-s