Rechercher sur le site

Le plan « Nager à Paris » : une piscine pour tous pas un rêve, une réalité

« Savoir nager » est un des objectifs fixé durant notre apprentissage scolaire mais nous ne sommes pas égaux devant « ce savoir ». Nous devons garantir l’équité et donc offrir plus d’équipements et des tarifs accessibles.
Nous avons réussi à obtenir notamment : l’implantation d’une piscine dans la ZAC Bercy Charenton, qu’une réflexion soit amorcée sur une nouvelle tarification à la piscine Molitor et que l’offre de créneaux aux scolaires y soit augmenté.

Retrouvez l’intervention de Sergio Tinti

Nous partageons cette idée que l’engagement de notre collectivité à fabriquer une ville bienveillante, conviviale et solidaire passe aujourd’hui par le lancement du plan : « Nager à Paris ». Et plus généralement par le développement des pratiques sportives et de loisir dans notre ville.

Avec 7 millions de visiteurs comptabilisés en 2014, les piscines sont les équipements publics les plus fréquentés par les Parisiennes et les Parisiens.

Comme souligné dans « l’avant propos » de ce plan et malgré les efforts faits par la municipalité depuis les deux dernières mandatures, force est de constater que Paris souffre, encore aujourd’hui, d’un sous-équipement historique en piscines.

Tout effort visant à combler ce manque doit être pour nous, vecteur d’amélioration de la qualité de service public rendu aux parisiennes et aux parisiens.

Le plan « Nager à Paris » prévoit : 4 Nouvelles piscines, 5 espaces de baignade urbains, un plan de rénovation pluriannuel permettant d’une part la rénovation totale de 6 piscines ainsi qu’un programme globale de maintenance. Ce plan de maintenance permettra de diminuer significativement les fermetures pour travaux. D’autre part, il est nécessaire de souligner que chaque rénovation a pour conséquence de moderniser les équipements et ainsi de réduire les consommations d’énergie, dans une démarche de Haute Qualité Environnementale.
L’objectif d’atteindre la garantie d’accès aux personnes en situation d’Handicap dans 68% des piscines nous apparait très important.
.
Tout cela nous semble aller dans le bon sens.

C’est dans ce cadre et dans cet élan, que notre groupe fait la proposition d’intégrer dans le Plan « Nager à Paris » l’implantation d’une 5ème piscine publique en cohérence avec les aménagements prévus par la Mairie du XIIe, sur la ZAC Bercy Charenton.

Ce plan nous satisfait aussi car il réaffirme la priorité de la natation scolaire :

Les disparités criantes en matière de maîtrise de la nage entre les arrondissements doivent disparaitre. On ne peut plus légitimement tolérer que plus de 40% des élèves qui entrent en 6ème dans le 19ème arrondissement ne maîtrisent pas la nage alors que dans le même temps (et nous nous en réjouissons) plus de 90% des enfants du même âge, dans le 16ème arrondissement maîtrisent la natation...
C’est ainsi que se justifie et prends du sens notre proposition ( vœu) d’ouvrir progressivement aux enseignants d’EPS de collège la mise en place de ce plan, notamment par la participation à des formations communes avec les PVP et les MN-EAPS mais aussi en les sollicitant pour une évaluation du savoir nager aboutissant à l’obtention du « passeport de natation » au niveau de la classe de 6ème en cohérence aux nouveaux programmes scolaires.

Concernant les clubs :
Nous interprétons la qualification de « club structurant », comme une manière de souligner le rôle qu’aujourd’hui ont ou devraient avoir nos clubs de natation dans le développement de la pratique de cette activité.
Cela, à notre avis, pourra faciliter une vraie prise de conscience de la part de ces clubs, et pourra leur permettre de répondre aux différents besoins exprimés par les parisiennes et parisiens, dans le respect de leurs diverses compétences.

Nous saluons la méthode choisie pour la formulation des 104 mesures contenues dans votre Communication. Notamment le volet concernant le « service public de qualité renforcée ». Il nous semble confirmer l’importance et la nécessité des Comités des usagers que nous avons proposés pour tous les grands Centres Sportifs Parisiens.

D’autre part, pour remplir nos objectifs de réussite exprimés par les 104 mesures, n’oublions pas les améliorations nécessaires au fonctionnement interne de ces équipements. Nous entendons par là, mettre en avant la formation, la valorisation et la responsabilisation des agents des piscines. Pourrions-nous nous engager sur cette voie ? Avons-nous la volonté politique d’accompagner les efforts budgétaires de ce plan d’investissement, par un programme de création d’emplois de qualité qui serait l’expression de notre vision commune de service public des sports ? Quelle meilleure occasion pour laisser derrière nous un long conflit, que de créer les bases pour une modernisation nécessaire des services sportifs de la Ville.

Publié le

3 juillet 2015

Auteur-e-s