Rechercher sur le site

Le sport scolaire au coeur de notre politique publique sportive

A l’occasion de son intervention sur la part budgétaire "Sport et Tourisme", Sergio Tinti a salué un budget stable par rapport à 2016.
Il a ensuite insisté sur l’importance d’un soutien accru de la ville au sport scolaire en proposant deux amendements. Le premier pour un rattrapage des subventions aux associations sportives scolaires et le second pour que la ville soutienne les initiatives des écoles et des collèges dans le cadre du soutien de la candidature de Paris aux JO 2024.

Retrouvez l’intervention de Sergio Tinti

Madame la Maire, mes cher-es collègues,

Amendements : Associations sportives scolaires, Initiatives de soutien à la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024

Je sais que tout le monde en est conscient, le débat et le vote du budget est un moment très important de la vie de notre ville.

Lors de notre dernière séance, nous avons discuté des orientations budgétaires et nous saluions en grande partie les choix qui ont été faits.

Cela avait aussi été l’occasion pour l’exécutif de nous présenter le schéma quinquennal de développement du tourisme. Et je commencerai par là.

Le budget de fonctionnement du tourisme pour l’année 2017 s’élève à près de 9,2 millions d’euros, en progression de 20% par rapport au budget primitif 2016. Cette hausse s’explique en grande partie par la mobilisation de 2 millions d’euros supplémentaire inscrits au titre de la mise en œuvre de ce plan de relance.
Le tourisme représente un part importante de l’économie parisienne.
Nous serons attentif à ce que cette somme vienne au soutien d’une volonté d’un tourisme pour toutes et tous, comme nous l’avons défendu au moment du débat sur le schéma.

En ce qui concerne l’investissement, nous constatons qu’il se limite à 300 000 euros pour l’amélioration de la signalétique à destination des touristes. Améliorer et faciliter l’expérience parisienne est une bonne chose. Toutefois, à l’image du guichet unique pour les étudiant étrangers que Marie-Christine Lemardeley a proposé, ne faut-il pas réfléchir à un guichet unique pour les jeunes touristes, ou encore d’avantage travailler avec les structures qui les accueillent.

Lors de notre séance en 7ème commission, Jean-François Martins nous a également présenté le budget consolidé consacré au sport.

Nous accueillons avec satisfaction la tendance globale de ce budget avec un budget alloués au sport de proximité stable à +1% par rapport à l’an passé et un budget alloué au sport de haut niveau en très léger recul à -4%.

Le plus gros poste d’investissement concerne les gymnases, les terrains d’équipement sportif et les salles de sport pour un montant total de 31,1 millions d’euros.
Le deuxième concerne la continuation du plan « Nager à Paris » pour plus de 18 millions d’euros. Nous notons également l’effort fait pour la création de la baignade Daumesnil avec une autorisation de programme de plus de 4 millions d’euros.
Si notre ville se veut être une ville sportive, nous devons continuer à investir dans le sport.

À cet égard nous saluons qu’au titre du fonctionnement, la priorité soit donnée aux nouveaux équipements sportifs, notamment le gymnase Baron-Leroy et la piscine Émile Anthoine et les 23 créations de poste destiné au fonctionnement de ces deux équipements municipaux. Paris se doit de garder un service public du sport dynamique.

Par ailleurs, dans un contexte budgétaire compliqué, nous en sommes conscients, la reconduction des subventions aux associations sportives est une bonne chose.

Enfin, 3,7 millions d’euros sont destinés à financer et promouvoir les grands évènements sportifs. Nous savons l’importance pour notre ville de continuer à recevoir et organiser des compétitions sportives internationales dans la perspective de notre candidature et de l’accueil espéré des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024.

Toutefois, nous pensons que la construction d’une candidature ne passe pas seulement par l’accueil de ces grands évènements même s’ils sont indispensables au rayonnement de Paris dans la sphère sportive internationale.
Une candidature se construit aussi avec nos citoyens, avec notre jeunesse.

C’est le sens des deux amendements relatifs au sport scolaire que nous portons pour ce budget primitif 2017.

Le premier concerne la mobilisation de 50 000 euros destinés au rattrapage des subventions aux associations sportives scolaires qui ont connu une baisse pour une grande majorité, voire une suppression pour certaines d’entre elles.
Vous le savez, je l’ai répété de nombreuses fois dans cet hémicycle, l’environnement scolaire est le premier lieu de démocratisation de la pratique sportive.

Le second concerne la mobilisation de 50 000 euros destinés à soutenir les initiatives sportives des écoles primaires et des collèges dans le cadre de la promotion et du soutien de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. Plus de 80 000 enfants se trouvent fréquentent nos écoles primaires et plus de 56 000 collégiens étudient dans nos collèges. La génération 2024 se trouve ici.
Vous savez l’impact médiatique que peut avoir la mobilisation de la jeunesse de notre ville. Vous savez également que le Comité International Olympique y est très attentif.

Pour toutes ces raisons, nous militons pour un soutien accru au sport dans nos écoles et nos collèges.

Je vous remercie.

Publié le

14 décembre 2016

Auteur-e-s