Rechercher sur le site

Les metropolitain-es doivent être auteur-es et acteur-rices de la Métropole

La Métropole n’est pas qu’un échelon administratif, qu’un espace économique, c’est un territoire d’appartenance et d’identification. A ce titre l’enjeu de la Métropole c’est aussi qu’elle soit pour ses habitants un lieu de référence partagé.

Retrouvez l’intervention de Danièle Premel

La Métropole n’est pas qu’un échelon administratif, qu’un espace économique, c’est un territoire d’appartenance et d’identification. A ce titre l’enjeu de la Métropole c’est aussi qu’elle soit pour ses habitants un lieu de référence partagé.

C’est pourquoi les métropolitains doivent être au centre de nos projets et acteurs et auteurs de la construction de la Métropole au-delà de notre souci légitime d’articulation, de synergie, de complémentarité institutionnelle.

C’est par la reconnaissance des Femmes et des Hommes dans leurs multiplicité et leur singularité que nous avancerons vers une métropole pour laquelle on se dira aussi Métropolitain.

Pour nous la Ville de Paris dans cette édification ne doit pas avoir le seul souci des compétences réciproques mais bien de construire ensemble une vision d’avenir pour ce territoire et de répondre avec les populations à la question du modèle de société que nous souhaitons.

Cette vision, ce projet c’est celui d’améliorer la vie des gens qui vivent sur ce territoire dans toutes les dimensions individuelles et collectives qui fondent le citoyen le travail, l’emploi, la formation, la culture, l’éducation, la mobilité, l’habitat, l’environnement ETC…

Nos projets, nos sollicitations, notre engagement doivent porter et partager ce désir d’une autre vie et ne pas s’enfermer dans la simple gestion du quotidien.

Il s’agit de construire une Métropole qui puisse rapprocher le citoyen de la décision publique et non de l’en éloigner.

Dans cette conception de la fondation de la Métropole quelle est la place De Paris ?
A l’échelle du Monde, Paris a besoin de la Métropole pour tenir son rang, son attractivité et sa référence d’universalité. C’est dire que si Paris donne à la Métropole, elle reçoit aussi. C’est dire que nous ville Capitale nous sommes dans une relation de partenaire et d’égaux avec les autres territoires et communes de la Métropole.

Le dessin et le destin de la Métropole se joue sur un projet de coopération et de réciprocité, sur la reconnaissance et la volonté de dépasser les inégalités territoriales, sur le refus de spécialiser les territoires et au contraire de favoriser la diversité et la mixité des fonctions.

Cet avenir partagé repose sur le respect des constituants de la Métropole que sont les communes et les territoires et tout projet qui remettrait en cause leur place dans la Métropole serait un mauvais coup à la métropole des communes et des territoires que nous voulons

Il nous faut écrire un récit métropolitain global et polyphonique pour que le projet que nous voulons se construise sur le commun et la solidarité et non pas sur l’hégémonie et la concurrence.

Alors que nos portes s’ouvrent
Transformons les portes de Paris et du Grand Paris en place métropolitaines en Réinventant le périphérique et les portes de Paris et en Réaménageant les entrées de la Métropole ce que nous avons déjà commencé
Engageons-nous dans le Parc des hauteurs en intégrant au tracé les espaces verts du Parc des Buttes Chaumont et du cimetière du Père Lachaise pour s’inscrire dans la connexion des réservoirs de biodiversité en s’affranchissant des contraintes du périphérique
Développons les espaces verts, seul lien pour beaucoup de métropolitains avec la nature, en ayant le souci d’un maillage équilibré

Alors que les Fils bleu et rouge nous relient
Approfondissons les coopérations entre Paris, plaine commune, le Département de la Seine Saint Denis sur l’avenir le Canal de Saint-Denis et de ses berges en matière de développement durable, de développement économique et touristique et de préservation de l’environnement
Signons des chartes du paysage, des usages et d’aménagement avec des communes de la trame bleue comme celle qui a été signée entre Paris et Est Ensemble pour le Canal de l’Ourcq
Soutenons le maillage des transports par lequel se fera aussi la Métropole. La mobilité pour le travail, les études et les loisirs c’est un des éléments qui créera le sentiment d’appartenance. Que de temps il aura fallu attendre pour que le maillage banlieue banlieue soit pris enfin en compte ! ».

Travaillons sur la constitution d’un réseau cyclable interterritorial reliant les principaux sites olympiques, qui pourrait s’étendre aux territoires du Val de Marne et aux Hauts-de-Seine.

Alors que le logement nous abrite et que la solidarité nous protège

Favorisons un rééquilibrage métropolitain dans l’offre de logement social pour améliorer la mixité sociale au sein de chaque ensemble, de chaque commune et plus particulièrement pour les plus réticences tout en encourageant le développement d’une offre intermédiaire dans un souci d’équité sociale.

Portons l’ambition de création de nouvelles formes d’habitat qui expérimentent une minimisation des coûts de construction, une mixité au sein même des immeubles, une intégration de la végétation.

N’oublions pas la lutte contre l’Habitat insalubre que nous menons avec la Soreqa.

Sachons dynamiser l’urbanisme transitoire dans le cadre de vacances ou de friches.

Renforçons les capacités d’hébergement à l’échelle métropolitaine en établissant un équilibre entre les territoires et en coordonnant l’accueil des centres d’hébergement à l’échelle de la métropole comme nous l’avons fait avec Ivry et Saint-Denis
Développons les clauses sociales dans les marchés publics et encourageons la création de maisons de formation dans les quartiers défavorisés en privilégiant l’offre de formation adaptée aux besoins métropolitain en croissance comme ceux de la transition énergétique.

Alors que la Culture et notre Patrimoine nous fassent Métropolitain et Citoyen

Inscrivons la culture dans le respect du local dans sa singularité, son histoire et sa richesse, loin d’une politique culturelle métropolitaine qui s’imposerait sur son territoire et qui privilégierait le seul réseau des structures et des établissements culturels.

Fabriquons la culture de demain par un travail de fond, valorisant les artistes amateurs comme professionnels, favorisant la création et soutenant la très grande majorité des compagnies et associations de terrain.

Agissons pour une culture qui mêle des pratiques – fête et art – art et espace public –créativité et patrimoine -tout comme elle mêle des catégories de pratiquants en dépassant la marchandisation et le consumérisme.

Car la culture est donc inévitablement sociale….produit du social,….outil du social
Reconnaissons que cette ambition est déjà en marche, je dirai « en acte » pour qu’il n’y est pas d’ambiguïté. Oui continuons à inscrire Paris dans des coopérations culturelles réinventées dans un dynamique métropolitain qui considèrent d’abord les habitants et les réalités territoriales dans lesquelles ces initiatives évoluent.

Soutenons les initiatives de la Métropole que nous partageons
 La Nuit Blanche
 Micro folies
 Mégacities Schort
 Le numérique au service d’un parcours culturel métropolitain
 Les sentiers du Grand Paris
 Le 1% artistique
Ces projets participent dans ce territoire à la construction d’une identité collective à forger et dans cette démarche la culture a un rôle à jouer dans le lien entre espace public et esprit public.

Nous nous opposons à la conception d’une Métropole qui défend une attractivité au service du capitalisme financier et la loi du plus fort.

Au contraire faisons ensemble Métropole, par
 La solidarité, la réduction des inégalités
 La prise en compte de la diversité des expériences
 La reconnaissance du caractère polycentrique de la métropole
 L’élection des maires au suffrage universel

Dans la période, défendre communes et territoires dans des rapports clarifiés peut devenir un discours de modernité, de citoyenneté et d’avenir, opposé au discours classique de la métropole concurrentielle et de la mondialisation.

Dans et par la Métropole Les communes s’ouvrent au territoire pour le partage et la coopération pour élaborer des projets de territoires favorables à l’ensemble des communes participantes.

Comment notre conseil peut d’avantage s’impliquer dans cette construction de la Métropole telle que nous la défendons. ? Il nous est apparu dans notre expérience de conseiller que pour approfondir nos responsabilités, mieux préparer nos débats et décisions que les commissions était un bon outil, alors pourquoi pas créer une 8ème commission La commission Métropole du Grand Paris qui aurait pour tâche de réfléchir et de débattre sur tout ce qui touche La Métropole en dépassant les approches thématiques mais au contraire en ayant une approche transversale et globale qui peut éclairer utilement nos décisions.

De même pour impliquer davantage des parisiennes et parisiens pourquoi aborder au sein du Conseil Parisien Citoyen les questions et les problèmes liés à l’aire métropolitaine.

C’est Paris dans la Métropole, debout
Qui concentre assez d’humanité
Et résume le monde

Publié le

14 juin 2019

Auteur-e-s