Rechercher sur le site

Libérez Salah Hamouri

Raphaëlle Primet demande que la ville de Paris soutienne la demande de libération de Salah Hamouri et que son portrait soit affiché sur le parvis de l’Hôtel de Ville.
Malheureusement, notre voeu n’a pas été adopté.

Retrouvez son intervention.

Nous avons été ravis d’apprendre la libération de Loup BUREAU pour lequel nous avions d’ailleurs prévu de déposer un vœu, mais force est de constater que le président MACRON fait deux poids, deux mesures, en refusant d’intervenir pour notre compatriote Salah HAMOURI.
Une bonne nouvelle quand même, nous avons appris hier que le président recevra enfin, le 9 octobre, sa femme, Elsa LEFORT, et le comité de soutien.

Salah a déjà fait plus de six ans de prison sous une fausse accusation et avait été libéré dans le cadre d’un accord avec la France pour la libération de Gilad SHALIT et avec le soutien de notre Ville.
Depuis, le Gouvernement israélien s’acharne contre lui. On a interdit à Salah de se rendre là où il menait ses études, afin de l’empêcher d’obtenir son diplôme. L’an dernier, sa femme, française, papiers en règle, enceinte de plusieurs mois, s’est vu interdire de retourner à Jérusalem et de vivre aux côtés de son mari, le père de son enfant.

Depuis plusieurs semaines, il est de nouveau emprisonné sans qu’aucun chef d’accusation ne soit connu et ne permette sa défense. Il est placé en détention administrative pour six mois, après qu’on lui a demandé de purger la peine qu’il avait entamée en 2005. En cela, Israël contrevient aux lois internationales et cherche à écraser toute résistance, car il faut savoir que Salah, devenu avocat, défend au sein de l’association "Addameer" la cause des prisonniers politiques palestiniens.

Malgré le silence des médias et de notre Gouvernement, notre jeune compatriote est défendu par une foule de personnalités : Jean ZIEGLER, vice-président de la Commission des droits de l’homme à l’ONU, Michel TUBIANA, président d’honneur de la "LDH", l’"Union juive française pour la paix", les élus écologistes, communistes, les villes de Besançon, d’Ivry, de Martigues qui ont adopté des vœux de soutien, et bien d’autres encore. Ainsi que vos confrères, Monsieur KLUGMAN, qui, avec le Syndicats des avocats de France, ont interpellés M. MACRON pour demander sa libération.
Comme ce Conseil de Paris l’avait voté en 2011, nous demandons à ce que vous puissiez soutenir sa demande de libération et que le portrait de Salah soit affiché sur le parvis de l’Hôtel de Ville.

Je vous remercie

Publié le

9 octobre 2017

Auteur-e-s