Rechercher sur le site

Liberté pour les supporters : pas de fichier

Communiqué de presse
13 mai 2015

Nous nous félicitions de la suspension provisoire, par le juge des référés du Conseil d’État, de la mise en œuvre du fichier « STADE » consacré aux supporters parisiens : estimant « qu’il existe, en l’état de l’instruction, un doute sérieux sur la légalité de l’arrêté du ministre de l’intérieur autorisant ce fichier. Le Conseil d’État reste saisi de la demande d’annulation de cet arrêté, sur laquelle il se prononcera prochainement de façon définitive. ».

La création d’un tel fichier permettant à la préfecture de Police de Paris de garder de façon automatisée les données personnelles des supporters parisiens est pour nous inacceptable.

Dès le début le groupe Communiste Front de Gauche a soutenu le dépôt de requête de suspension des associations de supporters et de la ligue des droits de l’homme.
Les supporters ne sont pas tous des hooligans, et si la condamnation des supporters violents et racistes est essentielle, elle est indissociable d’une politique de prévention sociale.

Il est temps que les pouvoirs politiques reconsidèrent les associations de supporters comme une richesse culturelle qu’il convient d’aider à se développer. Les préconisations du "livre vert du supportérisme" et du rapport Glavany sont nombreuses en la matière.

Lors du Conseil de Paris de Mars 2015, notre groupe avait déposé des vœux et amendements pour favoriser un vrai plan de dialogue avec les supporters liant la ville, les associations et les clubs pour lutter de manière concertée contre les violences et mieux impliquer les passionnés de football parisien dans la vie locale parisienne.

Nous attendons toujours de la Maire de Paris qu’elle organise une table ronde avec les supporters, l’État et les dirigeants de clubs.

Nicolas Bonnet Oulaldj
Président du groupe Communiste – Front de gauche

Publié le

13 mai 2015

Auteur-e-s