Rechercher sur le site

Préemption de l’immeuble 2, rue de Valenciennes (10e) : la mobilisation a payé

Didier Le Reste a rappelé que cette prémeption est le résultat d’une longue mobilisation dans le 10ème arrondissement. Les élus communistes ont d’ailleurs alerté dès le début sur la situation et se sont mobilisés.La bataille avait commencé à la fin décembre 2012 quand des mal-logés se sont installés dans l’immeuble de bureaux du 2 rue de Valenciennes. Un compromis de vente a enfin été signé en septembre 2015 entre la ville et le propriétaire.

Retrouvez son intervention

Madame La Maire
Chers collègues,

Nous sommes très satisfaits que le Conseil de Paris se saisisse et adopte aujourd’hui cette délibération qui est le résultat d’une longue mobilisation dans le 10ème arrondissement.

La bataille a commencé à la fin décembre 2012 quand des mal-logés se sont installés dans l’immeuble de bureaux du 2 rue de Valenciennes.

Cet immeuble, ancien siège de la société Histoire d’Or, était en effet vide depuis près de 2 ans. Cette sous utilisation de lieux importants en plein cœur d’un arrondissement, qui demeure déficitaire en logement social, malgré nos efforts en la matière, avait suscité une réaction légitime.

Je tiens d’ailleurs à souligner l’engagement à l’époque, de nos camarades Alain Lhostis et Marie-Thérèse Eychart qui ont pointé dès 2012 l’opportunité de renforcer par ce biais le parc de logements sociaux de l’arrondissement.

Le propriétaire tente alors d’expulser les occupants. Mais la manœuvre échouant face à la large mobilisation citoyenne, il a décidé de mettre en vente son immeuble.

Un vœu a alors été adopté en avril 2013 demandant au Maire de Paris de préempter le bâtiment.

Le propriétaire, en désaccord sur le prix de rachat proposé, a entamé une procédure judiciaire qui a duré 2 ans.

Un compromis de vente a enfin été signé en septembre 2015 entre la ville et le propriétaire.

Les différentes mobilisations et la détermination des élus, notamment en charge du logement, Ian Brossat au niveau parisien et Dante Bassino dans le 10ème, soutenue par la majorité municipale, ont permis d’aboutir malgré les contraintes.

Ce succès est emblématique pour le dixième, mais aussi pour Paris, de la démarche engagée pour utiliser le foncier disponible et sous-utilisé, dont les bureaux vacants, en particulier dans les zones où le besoin de nouveaux logements sociaux est le plus important.

Dans le dixième, comme dans d’autres arrondissements de la capitale, les terrains permettant la construction de nouveaux immeubles sont rares, et nous devons mobiliser ceux disponibles.

Mais ils ne sont pas suffisants pour atteindre l’objectif de 25% de logements sociaux dans la capitale. La préemption, en particulier d’immeubles vides est donc une démarche que nous soutenons.

Je vous remercie.

Publié le

23 novembre 2015

Auteur-e-s