Rechercher sur le site

Loi Larrivé : nouvelle atteinte à la liberté des supporters

Communiqué de presse
29 avril 2016

Hier, la loi sur le renforcement du dialogue avec les supporters et la lutte contre le hooliganisme a été adoptée en 2ème lecture à l’Assemblée Nationale.

Heureusement, nous sommes loin de ce qu’était initialement la proposition de loi du groupe Les Républicains. Il faut souligner aussi que l’Euro 2016, principal alibi de la droite pour justifier ce texte ne sera pas concerné par ses dispositions. Celles-ci ne s’appliqueront qu’après la tenue de l’événement aux supporters des clubs français.

La faculté instituée pour les clubs de refuser l’entrée des enceintes sportives aux supporters et d’établir un fichage de ces derniers est un inacceptable. C’est une atteinte aux libertés fondamentales. On donne à des organismes privés des prérogatives qui relèvent des pouvoirs publics. Les mesures d’interdictions de stades pouvant être prononcées par l’autorité judiciaire ou décidées par la préfecture sont suffisantes !

Il est regrettable que les amendements portés par Marie-George Buffet n’aient pas été retenus.

La violence existe, il ne s’agit en aucun cas de le nier, mais le dialogue et la prévention sont une arme plus efficace que la seule répression que cette loi accroît.

Toutefois, la création d’une instance nationale du supportérisme est un premier pas vers une meilleure gouvernance du sport. Nous regrettons cependant qu’elle ne reconnaisse pas plus de droits aux supporters, qui sont, eux aussi, des acteurs du mouvement sportif.

Les supporters devraient être associés aux décisions de leurs clubs, des ligues professionnelles ou des fédérations, et ne plus être considérés soit comme de simples consommateurs de spectacle, soit comme des individus indésirables parce que potentiellement violents.

Nicolas Bonnet Oulaldj
Président du groupe PCF/FDG au conseil de Paris
Responsable de la commission sport au PCF

Publié le

29 avril 2016

Auteur-e-s