Rechercher sur le site

Lutte contre la pollution : bon projet mais des progrès encore à faire

Communiqué de presse
9 février 2015

Les communistes se sont engagés pour un environnement de qualité pour tous : donner un environnement sain est une mesure de justice sociale et de santé publique
Dans la lutte contre la pollution. Il y a urgence, c’est la santé de nos enfants, des parisiens et notre espérance de vie dont il est question.

Nous soutenons pleinement intentions de la Maire de Paris, mais ce débat ne peut aborder l’évolution des usages sans tenir compte de la dimension économique du problème. Les parisiens ne peuvent pas être les seuls à payer les frais de la pollution. Nous aboutirons à des résultats efficaces et partagés par le plus grand nombre que si nous battons sérieusement sur le plan de l’agglomération, de la région et même du pays. Chacun à son échelle doit mettre l’investissement nécessaire.
Nous ne pouvons pas inciter les usagers à prendre les transports en commun, sans que les conditions d’investissement soient réunies. Notre réseau de transport collectif est déjà saturé. De plus, le principal problème est l’acheminement de marchandises par poids lourds et par camionnettes polluantes. Interdire ces véhicules doit s’accompagner d’un investissement massif pour le fret par le rail et par voies fluviales. Or nous ne voyons rien venir de concret du côté de l’Etat, ni de la SNCF, ni de RFF.

L’enjeu social reste dans l’angle mort de la communication présentée. Il devra être mieux pris en compte pour que nous puissions à l’avenir approuver certains projets comme l’interdiction de certains véhicules. Celle-ci nécessite un accompagnement pour l’ensemble des parisiens et pas seulement pour les professionnels. Les catégories populaires font déjà les frais de la pollution, car ils habitent souvent à proximité des zones les plus polluées, comme le périphérique. Elles risquent d’en payer le prix si nous ne les aidons pas. Il faut prévoir des mesures pour les parisiens qui ont besoin de leur voiture mais qui ne pourront pas en changer. Le coût d’un véhicule hybride, électrique et n’est pas à la portée de tous. Nous devons les aider dans cette démarche. Cela pourrait passer par une aide financière pour les particuliers ou des dérogations en fonction de l’usage du véhicule.
De plus, nous nous interrogeons à nouveau sur les tarifs de stationnement. Nous approuvons la gratuité du stationnement résidentiel en cas de pic de pollution. Mais si cette mesure est efficace en cas de pic, pourquoi ne le serait-elle pas en temps normal ? Nous devrons à nouveau réfléchir aux tarifs du stationnement résident avec cet objectif de qualité de l’air.

Les élus communistes réaffirme que la lutte contre la pollution ne peut pas se conduire dans le carcan d’une politique d’austérité. C’est dans une politique d’investissement et de relance économique que nous devons nous inscrire.

Le groupe Communiste-Front de Gauche
au conseil de Paris