Rechercher sur le site

Macron : fossoyeur du temps libre et des pratiques sportives

La création de zones touristiques internationales et l’extension du travail dominical et nocturne prévue par la future loi Macron entraine un bouleversement profond dans l’organisation du sport et dans les activités physiques et sportives. La volonté d’imposer à une partie des salarié-es de notre pays de travailler le dimanche, sur la base d’une vision dominicale uniquement consumériste et touristique, sacrifie les derniers espaces de temps libéré : le dimanche. Nous l’avons compris, ce gouvernement préfère soutenir les grands magasins plutôt que les associations sportives. De la simple balade familiale en forêt à la pratique sportive en compétition, le principe même du loisir est remis en cause par cette farouche volonté de vendre et de consommer ! Nous le savons, la majorité des compétitions sportives ont lieu le week-end, les championnats de football, rugby, athlétisme ... seront gravement atteints. Qu’elles et ils soient pratiquant-es, arbitres, accompagnants, bénévoles ou simples spectateurs, les acteurs monde sportif et associatif peuvent craindre une désaffection massive des terrains de sports et des associations. Le travail du dimanche généralisé ne fera qu’accentuer la crise des pratiques sportives, des femmes, des jeunes adultes ou des adolescents. Déjà des chiffres sont alarmants pour l’avenir, à Paris par exemple 65% des 16-20 ans ne pratiquent aucune activité sportive. Cette loi ne fera qu’aggraver la crise de l’engagement bénévole dans la vie associative. Le sport en entreprise est également le grand perdant avec des individus monopolisés par l’activité professionnelle et démobilisés pour l’engagement bénévole dans le sport… Le gouvernement ne peut pas laisser entendre que les bienfaits liés au sport sont indiscutables pour la santé et le lien social et nuire dans le même temps à la pratique sportive le dimanche. Enfin, les actions menées par les collectivités en faveur d’un « sport en famille » ne peuvent occulter l’impossibilité de leur accès pour toutes et tous dans un pays où le dimanche serait sacrifié au marché. La réalité est que cette loi renforce les inégalités d’accès à la pratique et accélère la marchandisation du sport.
Pour toutes ces raisons nous appelons le mouvement sportif à dire stop à la loi dite "Macron" et à cosigner ce texte.

Les premiers signataires :

1. Nicolas Bonnet Oulaldj, Président du groupe communiste - Front de Gauche au Conseil de Paris, responsable de la commission sport du PCF

2. Sergio Tinti, Professeur d’EPS, conseiller de Paris, Président de la 7e commission et conseiller délégué en charge des sports du 19e

3. Gilles Leproust, Maire d’Allonnes, Conseiller Général de la Sarthe

4. Marie-Jeanne Gobert, Vice-présidente de la Région Basse-Normandie, conseillère municipale de Caen

5. Jean Pierre Bontoux, Vice-président du conseil général de Seine-et- Marne

6. Jean François Davoust, Conseiller confédéral de la CGT en charge des questions sportives, dirigeant sportif associatif

7. Claire Pontais, Professeur d’EPS, dirigeante syndicale nationale

8. Pascal Anger, professeur d’EPS, dirigeant syndical national

9. Bruno Cremonesi, professeur d’EPS, dirigeant syndical national

10. Nicole Debotte, dirigeante sportive

11. Michèle Launay, Première adjointe de Chambray-les-Tours
12. Jean Pierre Heno, Adjoint au maire de Créteil chargé des sports
13. Patrick Martin, Adjoint au maire de Tremblay-en-France chargé des sports
14. Evelyne Zarka, Adjointe au maire du 4e arrondissement de Paris
15. Christian Barlo, Adjoint au maire de la Seyne-sur-mer
16. Luc Miserey, conseiller municipal de Trappes, conseiller communautaire de CA St Quentin-en -Yvelines
17. Philippe Nawrocki, professeur d’EPS, conseiller du 19e arrondissement de Paris en charge de la mémoire
18. Sylvie Fuchs, conseillere municipale de Roissy-en-Brie
19. José Amouroux, conseiller municipal délégué de Roquevaire en charge des sports
20. Jean Lafontan, professeur d’EPS, responsable syndical
21. Serge Reitchess, professeur d’EPS, responsable syndical
22. Alexandre Majewski, professeur d’EPS, responsable syndical Grenoble
23. Hugo Pontais, Professeur d’EPS, responsable syndical
24. Michel Nouille, Professeur d’EPS, militant associatif
25. Armel Gontier, Professeur d’EPS
26. Alain Becker, professeur d’EPS en retraite
27. Nina Charlier, professeur d’EPS en retraite
28. Jean Luc Refuggi, professeur d’EPS en retraite
29. Jacques Journet, professeur d’EPS en retraite
30. Nicoles Leraux, Professeur d’EPS en retraite
31. Jean Luc Fouret, Professeur d’EPS en retraite
32. Claude Collignon, professeur d’EPS en retraite, militant associatif
33. Jean Pierre Favier, Président du club Omnisport de l’US Ivry
34. Alain chiappini, Président de l’office des sports de Noisy-le-Sec
35. Camille Gontier, directeur d’un centre de voile
36. Eddie Schwachtgen, Conseiller des APS de Paris
37. Marcel Cerf, responsable associatif
38. Serge Grot, président de l’ASL Plouagat handball et du comité 22 de handball
39. Michel Bouvat, Président délégué de l’US Ivry football
40. Clément Rémond, dirigeant sportif FSGT 93
41. Franck Pelletier, éducateur sportif
42. André Libron, ancien élu au sport de Charleville-Mézières
43. Dominique Ottavi, artiste de variétés
44. Stéphane Carel, instructeur fédéral et militant associatif
45. Fernando Pintado, dirigeant d’un club d’escalade et de montagne
46. Evelyne Marmèche, militante associatif
47. Jean Jacques Petit, dirigeant sportif
48. Delphine Tel-Boïma Chevreau
49. François Tolsan
50. Bernard Vialle
51. Laurent Gérard
52. Boris Vladic
53. Bernard Charlier
54. Manon Pontais
55. Didier Franque
56. Betty Turon
57. Francine Lesou
58. Jacqueline Guillien
59. Nadine Poulain
60. Jean louis Olivier

Signer la pétition en ligne