Rechercher sur le site

« Merci Patron ? »

Communiqué de presse
27 avril 2016

Finalement, la fondation Pinault a trouvé un point de chute dans un lieu prestigieux de la capitale. Son installation à la Bourse du Commerce de Paris, suite à une opération tiroir entre la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Ville de Paris et la fondation pourra se faire.

Depuis des siècles le mécénat privé irrigue notre capitale par de nombreux établissements dont l’installation de la Fondation Vuitton au bois de Boulogne est le dernier en date.

On peut, comme élus communistes, regretter que la multiplication des fondations soit concomitante d’une baisse de la fiscalité des entreprises qui ont trouvé, là, un moyen légal d’optimisation fiscale. Ceci faisant que le Ministère de la Culture laisse de plus en plus de place à l’initiative privée.

Si le nom du lieu n’est pas privatisé, si la politique tarifaire est celle des établissements publics de même nature, s’il y a une véritable envie de travailler avec les publics scolaires et ceux qui sont les plus éloignés de l’art contemporain, si la redevance annuelle n’est pas symbolique et correspond au prestige du lieu et de sa localisation, alors nous ne nous opposerons pas à cette opération.

Cela ne nous empêchera pas de dire tout le mal que nous pensons de la fiscalité des fondations véritables paravents légaux de défiscalisation, d’applaudir au film « merci patron » qui met en cause la politique entrepreneuriale et nous continuerons de nous battre pour que la culture reste principalement d’initiative publique.

Danièle PREMEL, vice-présidente de la Métropole du Grand Paris en charge du développement culturel, conseillère de Paris

Raphaëlle PRIMET, conseillère de Paris

Publié le

27 avril 2016

Auteur-e-s