Rechercher sur le site

Mineurs Isolés Étrangers : l’urgence humanitaire

Communiqué de presse

27 Février 2015

Hier après-midi, jeudi 26 février, de nombreux jeunes isolés étrangers occupaient la PAOMIE, plateforme d’accueil et d’orientation gérée en délégation de service public par l’association France Terre D’Asile pour le compte de la ville de Paris. La revendication de ces jeunes, pour beaucoup scolarisés dans des établissements parisiens, est simple : être pris en charge de manière pérenne pour ne plus passer de nouvelles nuits à la rue. La situation de ces jeunes, mineurs ou majeurs, en France et notamment à Paris, n’est plus tenable et peut aujourd’hui être qualifiée d’urgence humanitaire. Le dernier exemple ne date que de quelques jours, lorsqu’un de ces jeunes vivant la rue a perdu un œil faute de soins.

La ville de Paris tient une large part de responsabilité comme l’a constaté le défenseur des droits qui, dans sa décision de septembre 2014, observait à Paris des mineurs isolés étrangers qui « peinent à être pris en charge et ne bénéficient pas des mesures de protection et d’accompagnement prévues par la Convention internationale des droits de l’enfant. Dernièrement, le commissaire aux droits de l’homme du conseil de l’Europe, dans son rapport accablant sur le respect des droits de l’Homme en France, constatait « avec effarement » lors de sa visite à Paris que des mineurs, parfois âgés de 14 ans, était obligé de dormir dans la rue faute de place d’hébergement.

Les 41 élu-es communistes-Front de Gauche de Paris, engagés au quotidien aux côtés de ces jeunes, ainsi que dans les conseils d’arrondissement et au conseil de Paris, dénoncent avec force ces manquements de la Ville de Paris et de l’État.

Car c’est bien l’État qui est censé héberger toute personne majeure à la rue. Or, à l’instar des migrants mis à la rue dans 20e il y a une dizaine de jours, ou des centaines d’autres migrants installés depuis de trop longues semaines sur le boulevard de la Chapelle, l’État brille par son refus, fermement exprimé, d’exercer ses missions et d’accueillir ces personnes dans des conditions décentes. Pire, dans le 20e comme hier soir devant la PAOMIE, la réponse de l’État est l’évacuation des lieux par la Police.

Nous appelons la Ville de Paris à mobiliser tous les moyens nécessaires afin de profondément réformer l’accueil et de la prise en charge des mineurs isolés étrangers en concertation étroite avec l’ensemble des associations et institutions concernées.

Mineurs ou majeurs, cela n’a au final que peu d’importance. Que la responsabilité en incombe à l’État ou au Département, plus personne ne doit dormir à la rue à Paris en 2015.

Le groupe Communiste – Front de Gauche au Conseil de Paris

Publié le

27 février 2015

Auteur-e-s