Rechercher sur le site

NON à la nouvelle dénomination « AccorHotels Arena Palais Omnisport de Paris-Bercy »

Communiqué de presse
10 septembre 2015

Proposée au prochain Conseil de Paris, cette nouvelle dénomination du POPB, faisant appel à la pratique du « naming », changera, moyennant finances, le nom de l’équipement public pour une durée de vingt ans. Elle est inacceptable pour notre groupe.

L’héritage du sport et des sportifs français fait pleinement partie du patrimoine de notre pays. Nous le défendrons dans un vœu au prochain conseil, demandant que la ville de Paris se positionne contre ce projet d’accord de « naming » entre le POPB et le groupe Hôtelier Accor. Il demandera également que soit étudiée la possibilité de donner le nom du POBP à une personnalité ayant marqué l’histoire de notre ville, de notre pays, du sport et de la culture. Comme en novembre 2014, où nous avions fait adopter un vœu visant à donner le nom du champion olympique Alain Mimoun au nouveau POPB.

Nous tenons également à dénoncer l’absence de concertation et de transparence sur ce contrat. Aucun des groupes politiques du Conseil de Paris n’a été consulté. Les instances comme la commission de dénomination des voies, places et espaces et équipements publics de la ville de Paris et le comité d’Histoire de la ville de Paris n’ont été saisi de ce projet.

Rappelons tout de même que le leader français de l’hôtellerie, lui, s’est distingué en étant champion de la sous-traitance de services et de la dégradation réelle des conditions de travail des salariés les plus précaires du secteur. Les nombreux conflits sociaux qui ont eu lieu dans plusieurs hôtels de ce groupe ces dernières années en attestent.

Cet accord de « naming » est la conséquence de la baisse des dotations aux collectivités territoriales et le manque de moyens pour la ville. Il est symptomatique de la marchandisation du patrimoine sportif et culturel.

La vocation première des équipements publics est l’émancipation pour toutes et tous. Alors que notre ville est candidate aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, le signe envoyé par cet accord est très mauvais. Il va dans le sens des appétits des intérêts commerciaux, alors qu’il devrait aller dans celui de la défense de l’éthique olympique.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste
Front de Gauche au Conseil de Paris

Publié le

10 septembre 2015

Auteur-e-s