Rechercher sur le site

Non à la privatisation du contrôle du stationnement

Didier le Reste dénonces la privatisation de la gestion du stationnement et de son contrôle. De plus, il insiste sur le fait de développer des mesures sociales et écologiques pour favoriser l’alternative à la voiture, sans que cela ne coûte aux parisiens les plus modestes. Enfin, de l’argent doit être investi pour la rénovation des transports en commun actuels.

Retrouvez son intervention

Madame la Maire, chers collègues,

Je voudrais commencer par réaffirmer que pour le groupe communiste-Front de Gauche il est fondamental de conserver le caractère public de la gestion et du contrôle du stationnement car cela permet de notre point de vue de garantir le bon exercice des missions qui relèvent de l’intérêt général.
En confiant la verbalisation au secteur privé, ce sont au contraire des logiques de rentabilité qui seront appliquées a fortiori que le prestataire aura comme principal objectif de faire progresser le taux de respect du stationnement rotatif.

Pour se convaincre de cet aspect, il faut s’intéresser à l’enlèvement des véhicules en stationnement gênant qui a été privatisé depuis bien longtemps par la préfecture de police. L’expérience a démontré les effets pervers de la privatisation. La presse s’en est fait encore l’écho dernièrement. La logique de rentabilité des sociétés privées et la rémunération des agents au rendement encouragent manifestement le contrôle de certaines rues seulement, celles qui sont le plus proches des fourrières. L’objectif est de réaliser rapidement le plus d’enlèvements possibles. Une fois encore nous sommes bien loin de la réponse à l’intérêt général.

Plusieurs grandes villes européennes ont choisi de conserver la gestion publique du stationnement. Je pense à Barcelone, Amsterdam ou Oslo, des villes de premier plan que l’on ne peut pas qualifier de passéistes. Des villes qui ont su se montrer exemplaire en matière de transition écologique. Nous regrettons aujourd’hui que Paris ne fasse pas le même choix.

Je regrette aussi que l’on ne fasse toujours pas le choix de réorienter l’argent public en faveur de la modernisation et du développement des transports publics au lieu de le consacrer à des projets jugés inutiles, je pense par exemple à la relation ferroviaire Charles de Gaulle Express.

Nous proposons que soit réalisée une cartographie des parkings souterrains inutilisés afin d’optimiser, d’augmenter et sécuriser les places de stationnement, notamment aux Portes de Paris, qui soient connectés aux transports en commun.

La situation est la même pour l’acheminement des marchandises dans Paris. Il faut engager la création de plateformes logistiques multimodales de stockage et de distribution des marchandises qui soient connectées au fleuve et au rail. L’idée est bien évidemment de réduire le nombre de camions, camionnettes de livraisons dans Paris aux fins entre autres de libérer des places de stationnement.

Je souhaite réitérer une proposition que j’avais déjà faite à savoir engager une étude sur la faisabilité de permettre aux automobilistes de garer leur voiture de 20h à 7h devant les établissements bancaires, ce qui accroitrait encore le nombre de places de stationnement disponibles.

Cette délibération remet également au centre du débat la question de l’augmentation des tarifs du stationnement, qu’il s’agisse du stationnement résidentiel ou rotatif.
Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer à ce sujet, pour les communistes, la transition écologique de notre ville doit être sociale sinon elle sera incomprise et difficile à mettre en application. Malgré les quelques mesures décidées au Conseil de Paris de décembre 2016, l’augmentation sensible des tarifs du stationnement en particulier résidentiel, et en parallèle le durcissement des contrôles, risquent de toucher plus fortement les plus modestes y compris ceux qui ont réellement besoin d’un véhicule par exemple, pour se rendre au travail.

Nous refusons le principe d’un prélèvement indifférencié qui concerne tous les foyers, quels que soient leurs revenus. Et nous ne sommes pas seuls puisque l’obtention de la carte de résident est gratuite pour les Parisiens non imposables, preuve de la nécessité d’une adaptation à la situation financière de chacun.

C’est pourquoi nous proposons que les nouvelles recettes obtenues du fait de cette hausse des ressources par l’amélioration du taux de recouvrement, soient utilisées pour rééquilibrer les tarifs de stationnements résidentiels.
Les recettes supplémentaires escomptées pourraient par exemple venir diminuer le taux du stationnement résidentiel de 50% pour les familles qui sont exonérées du paiement de la carte de résident.

Vous l’aurez compris, notre idée est bien de multiplier les alternatives à la voiture tout en les accompagnant de mesures sociales et d’idées nouvelles.

Je vous remercie.

Publié le

31 janvier 2017

Auteur-e-s