Rechercher sur le site

Non à la prolongation de l’Etat d’urgence et à la déchéance de nationalité

Nous avons demandé que la Maire de Paris interpelle le gouvernement afin de ne pas élever le principe d’état d’urgence au rang des normes constitutionnelles, de maintenir la liberté de manifester sur la voie publique et que le Préfet de Police nous rende compte des mesures prise en application de loi de 1955 en matière de perquisitions, de contrôle judiciaire et d’assignation à résidence. Et que celui-ci s’oppose à la déchéance de nationalité. Notre voeu a été adopté.

Retrouvez l’intervention de Nicolas Bonnet Oulaldj

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Après les attentats du 13 novembre, nous étions tous convaincus que des mesures exceptionnelles devaient être prises pour lutter contre le terrorisme et protéger les Parisiens.

Mais nous n’avons pas tous eu à gauche la même lecture et la même perception de l’état d’urgence. Nous, Communistes, aurions préféré que l’on n’aille pas jusqu’à 3 mois mais que l’on se réinterroge sur la pertinence du maintien d’un état d’exception toutes les deux semaines.

Dans tous les cas, nous sommes contre le principe d’élever la loi de 1955 dans notre corpus constitutionnel. L’état d’urgence ne doit pas se prolonger car nous en voyons d’ores et déjà certaines dérives.

Notre demande est que les élus de Paris soient informés des décisions et actions policières prises en lien avec l’état d’urgence sur le territoire de la capitale et la déclinaison locale de la décision qu’a prise le Gouvernement d’éclairer périodiquement la représentation nationale.

L’interdiction de manifester et le maintien de tous les rassemblements festifs et commerciaux interrogent légitimement les syndicalistes. Nous demandons que l’on revienne rapidement au système de déclaration plutôt que d’autorisation préalable.
Enfin, notre revendication dans ce vœu est grave et importante. Nous demandons que notre Conseil s’exprime sur le choix fait par le Gouvernement et le président de la République d’inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité pour les binationaux. Cette mesure est inutile, inefficace et elle divise. Je ne peux croire qu’elle soit dissuasive. Ces fanatiques n’ont peur de rien, ils agissent à visage découvert et vont jusqu’à se donner la mort pour tuer encore plus de nos concitoyens.
Et puis certains d’entre eux sont de nationalité française et seulement ceux-là sont-ils moins coupables ? Ce qu’il faut, c’est que l’on puisse en arrêter le plus grand nombre pour qu’un procès les décrédibilise aux yeux de celles et ceux qui s’apprêtent à les suivre.

Nous croyons à la pédagogie de l’exemple et la déchéance de nationalité n’aura pas d’effet. Elle rompt de plus en plus avec la tradition de notre République.

Je vous remercie.

Publié le

18 décembre 2015

Auteur-e-s