Rechercher sur le site

Nouveau service vélib’ : maintien des emplois et des tarifs !

A l’occasion d’une délibération portrant sur l’extension du périmètre du service Vélib’, Didier Le Reste rappelle que le groupe des élus-es communistes-front de gauche au Conseil de Paris est particulièrement attentif à ce que les emplois soient maintenus et les tarifs accessibles.

Retrouvez l’intervention de Didier Le Reste

Chers collègues, il y a quelques mois, le marché public Vélib’ était attribué au consortium "Smoovengo". La délibération rappelle que le périmètre du service Vélib’ sera étendu. A ce sujet, deux points nous préoccupent tout particulièrement.

Le premier concerne le sort des salariés de "Cyclocity" ; leur avenir professionnel est menacé par l’attribution du marché Smoovengo.
Nous avions en son temps dénoncé les conséquences de ce choix qui favorise le dumping social. La responsabilité de la Ville de Paris continue d’être interpellée.
Même si la décision a été prise par un syndical intercommunal, la Ville a joué un rôle déterminant dans le processus de décision. Ces derniers jours, les dirigeants de Smoovengo ont exprimé, dans la presse, que les candidatures des salariés de "Cyclocity" seront étudiées en priorité.

Malgré cette bonne volonté affichée, les salariés de Cyclocity nous ont confirmé n’avoir aucune garantie réelle d’être pris par le nouveau prestataire au point qu’ils engagent une procédure en justice contre Jean-Claude DECAUX et Smoovengo.
Cette situation est, pour nous, tout bonnement inacceptable. Ces salariés font fonctionner le service Vélib’ depuis de nombreuses années. Ils ont acquis une expérience professionnelle et une expertise technique nécessaire à la poursuite du service dans les meilleures conditions.

Au moment où le service Vélib’ étend son périmètre, nous voulons des garanties pour que l’expérience des salariés, reconnue par tous pour la qualité du service rendu, soit conservée.
Nous attirons donc votre attention sur les conditions d’une éventuelle reprise des salariés par le nouveau prestataire. Nous ne pouvons tolérer que ceux-ci voient leurs conditions de travail et de rémunération dégradées par la nouvelle entreprise employeuse et par le changement de convention collective. Ce chantage à l’emploi est inadmissible.

Le deuxième point concerne les tarifs du service Vélib’ qui vont augmenter à en croire ce que l’on peut lire dans la presse.
Le service Vélib’ doit rester accessible à tous ; il n’est pas question que certains usagers, et surtout ceux des classes populaires, en soient exclus parce que les tarifs augmenteront.

Nous exigeons que les tarifs sociaux soient maintenus. Nous voulons aussi que soit étudiée la possibilité de diminuer la somme des cautions demandées pour utiliser ce service. Nous demandons aussi que les tarifs de location des futurs Vélib’ électriques soient accessibles à tous.

Je rappelle que nous plaidons depuis longtemps pour le développement du vélo.
En mai dernier, les élus communistes qui siègent au S.T.I.F. ont déposé un amendement pour mettre en place un Plan vélo. Malheureusement, il a été repoussé par la majorité de droite du Conseil régional. Il aurait pourtant permis de dégager des moyens pour accélérer le développement du vélo et sa démocratisation.
C’est ici tout l’esprit de notre amendement.

Je vous remercie.

Publié le

9 octobre 2017

Auteur-e-s