Rechercher sur le site

Paris 2024 : d’abord l’humain

Communiqué de Presse

Le 13 avril 2015 est une date importante pour l’histoire commune de Paris et de l’olympisme : le Conseil de Paris soutient officiellement la candidature Paris à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Nous saluons la décision d’engager pleinement la ville de Paris dans cette candidature, tout en prenant en compte nos exigences quant à une conception humaniste de ce que doivent être les Jeux Olympiques au 21ème siècle. A partant d’abord de l’humain, nous voulons que la candidature de Paris soit un souffle nouveau pour le sport en répondant aux besoins des populations. Paris, peut être le lieu de la résurgence d’un idéal collectif, universel, soucieux de laisser un héritage pour le monde entier.

Si nous voulons des Jeux durables qui mettent le sport au service de l’être humain et de son émancipation, il faut s’attacher à libérer le sport de sa marchandisation et reconquérir l’idéal humaniste.

Si nous voulons une candidature qui rassemble largement, qui soit utile aux populations et aboutisse, il faut parler franc et être lucide. Nous entendons des critiques justes sur les dernières éditions, elles seront un atout si nous en faisons des exigences populaires et les conditions de la réussite des Jeux du 21e siècle.
En prenant en compte ces enjeux et ces exigences, La maire de Paris a retenu de nombreuses propositions du groupe PCF-FDG tels que la nécessaire participation des parisiens tout au long du processus. Le groupe PCF-FDG s’impliquera à sa manière en proposant la création « des comités populaires pour la réussite des Jeux Olympiques et Paralympiques ». Leur rôle sera de porter les exigences et les recommandations des citoyens.

Le groupe PCF-FDG a également fait entendre auprès de la Maire l’exigence de l’engagement financier de l’État. Nous proposons un programme pluriannuel national, soutenu par un budget sport à hauteur de 1% du budget de l’État. Un programme finalisé au développement des installations sportives de proximité, au développement du sport pour tous, avec un effort important sur l’accessibilité des lieux de pratique, au soutien important du mouvement sportif. C’est un programme que nous inscrivons dans un cadre, que nous appelons « Loi Olympique », bâtie sur une conception du service public des sports moderne et de qualité.

Nicolas Bonnet-Oulaldj
Président du groupe Communiste-Front de Gauche
Au conseil de Paris

Publié le

13 avril 2015

Auteur-e-s