Rechercher sur le site

Plus de moyens pour les Mineurs Non-Accompagnés

Notre groupe est très sensible à la question des Mineurs Non-Accompagnés.
A l’occasion du débat budgétaire, Fanny Gaillanne a porté un amendement visant à renforcer le dispositif d’accueil des Mineurs Non-Accompagnés par la création d’une structure d’hébergement collectif et par une augmentation de la participation financière de la ville.

Retrouvez l’intervention de Fanny Gaillanne

Madame la Maire, mes chers collègues,

Amendement pour l’amélioration de la prise en charges des mineurs non-accompagnés

Dès le début de la mandature nous nous sommes saisis de la problématique de l’accueil et de la prise en charge des Mineurs Isolés Étrangers que l’on appelle aujourd’hui les Mineurs Non Accompagnés.

De nombreuses associations et des militants mais aussi le défendeur des droits avaient rappelé à l’ordre le département face à une situation qui empirait, des situations de jeunes en situation de vulnérabilité qui s’aggravaient. Nous avons su, collectivement, nous mobiliser et travailler ensemble pour répondre à ces dysfonctionnements. Un plan d’accueil a été élaboré en concertation avec les groupes et les soutiens aux MNA.

Des améliorations concrètes ont été apportées au dispositif. Je pense notamment à la clarification autour des décisions d’admission. Les responsabilités sont maintenant clairement définies. Je pense aussi à la création du dispositif de mise à l’abri dans l’attente de l’évaluation. Ce dispositif permet à chaque jeune qui se présente au DEMIE d’être hébergé le temps que sa situation soit évaluée. Je pense aussi à la création du dispositif pour les jeunes scolarisés qui fait suite aux mobilisations exemplaires des professeurs, des élèves et des parents d’élèves dans plusieurs lycées parisiens.
Cependant, il apparait aujourd’hui que des problèmes très préoccupants persistent. Nous savons que, cette année, plus de mineurs non accompagnés sont arrivés en France et à Paris. Alors que le DEMIE avait prévu d’accueillir et d’évaluer 1300 jeunes par an, il y en a finalement eu le double. Résultat, durant la première année de mise en œuvre, nous avons manqué d’évaluateurs, de personnel médical et de places dans le dispositif d’hébergement.

Des avancées budgétaires ont été concédées mais nous craignons qu’elles ne suffisent à répondre aux besoins. C’est pourquoi nous avons déposé un amendement qui propose de renforcer le DEMIE. Nous complétons la demande en demandant la création d’une structure d’hébergement en collectif pour les jeunes mis à l’abri en attente d’évaluation. Actuellement ces mineurs sont hébergés à l’hôtel ce qui n’est pas très approprié pour ces mineurs très vulnérables.

Par ailleurs, le dispositif pour les jeunes scolarisés a montré toute son utilité depuis que nous avons obtenu sa création. À l’initiative de la Ville et de vœux adoptés par notre Conseil, nous avons plusieurs fois obtenu l’augmentation des capacités d’accueil. Il faut réussir à convaincre l’Etat de poursuivre cet engagement. Voilà pourquoi nous demandons dans le même amendement d’augmenter la participation de la Ville au dispositif afin d’inciter l’Etat à s’engager pour la prise en charge ces jeunes vulnérables.

Je vous remercie.

Publié le

14 décembre 2016

Auteur-e-s