Rechercher sur le site

Pôles de compétitivité : clap de fin pour Paris

Depuis 10 ans, Paris subventionnait les pôles de compétitivité franciliens. Jean-Louis Missika, l’adjoint à la maire de Paris en charge du développement économique a annoncé vendredi 28 octobre l’arrêt de ces subventions. Le groupe communiste s’en réjouit : cela correspond à la ligne que nous avons défendue depuis plusieurs années au Conseil de Paris.

En effet, ces pôles de compétitivité, largement financés par l’argent public de l’État, n’ont pas besoin de surcroit du soutien des collectivités territoriales exsangues. Il suffit de regarder le pôle de compétitivité Finance Innovation, regroupant les principales institutions responsables de la crise financière de 2008, pour s’en convaincre. « Arroser là où c’est mouillé », est définitivement une mauvaise idée. En plus de faire supporter le coût de l’innovation au contribuable, la précarisation du secteur promue par les pôles de compétitivité ne permet pas un développement humain durable.

Un soutien contre des emplois

Nous ne sommes pas par principe opposés à tout soutien au tissu économique. Mais nous exigeons des objectifs économiques et sociaux précis, ainsi que des contreparties claires. Il y a un an, nous avions ainsi fait adopter au Conseil de Paris un vœu visant à évaluer le soutien à l’innovation sur des objectifs de création d’emplois.

L’utilité sociale comme guide de l’action économique

Développer la recherche et développement (R&D) doit faire partie du fonctionnement normal des entreprises. Ce n’est pas au contribuable à la financer sans condition. D’autant que les entreprises présentes dans les pôles de compétitivité bénéficient pour la plupart du crédit impôt recherche (CIR), dont l’ampleur du scandale a été récemment révélé par la sénatrice communiste Brigitte Gonthier-Maurin.

La question du soutien au tissu économique sur des critères d’utilité sociale et écologique, et de création d’emplois est le guide de notre action.

Jean-Noël Aqua, Conseiller de Paris du 13ème arrondissement

Publié le

1er novembre 2016

Auteur-e-s