Rechercher sur le site

Police Municipale à Paris : pour nous c’est non

La sécurité des parisien-nes est une chose trop importante pour que l’on prenne des décisions hâtives sans réelle concertation.

Alors que ni l’audit commandé par la Maire sur la sécurité des parisien-nes, ni la communication de la Maire ne nous ont été transmises, il semblerait que l’exécutif puisse s’orienter, à terme, vers la création d’une Police Municipale à Paris.
Cette décision serait lourde de conséquences. Elle n’a jamais fait partie des engagements de 2014. Elle a été rejetée par tous les parlementaires de gauche lors du débat sur le statut de Paris en 2017.

Les parisien-nes sont légitimement demandeurs de plus de sécurité et d’une présence renforcée des forces de police dans l’espace public, ils se plaignent des cambriolages, des incivilités, des agressions à caractère raciste, antisémite et homophobe, du harcèlement de rue, des nuisances sonores et de la cohabitation difficile des différents moyens de mobilité dans l’espace public.
En quoi sur nombre de ces sujets la création d’une police municipale va changer les choses ? Ce sont plus de policiers nationaux qu’il faut pour Paris.

Qu’il y ait une meilleure coordination sur le terrain des différents intervenants municipaux sur les questions d’incivilités nous y sommes favorables. Mais la création d’une Police Municipale aurait pour conséquence une diminution de la présence de la Police Nationale dans notre ville : baisse des effectifs et diminution du nombre de commissariats.
Elle aurait aussi pour conséquence une augmentation des dépenses à la charge des parisien-nes qui paieraient deux fois pour un service dont on n’est pas certain de l’efficacité. Cet argent ce sera cela de moins pour les politiques de préventions et de médiations par exemple.
De plus l’objectif de tous les gouvernements depuis Sarkozy jusqu’à Macron est de transférer des charges supplémentaires aux collectivités sans les compenser.

Pour toutes ces raisons, pour nous, la Police Municipale à Paris c’est non.

Publié le

23 janvier 2019

Auteur-e-s