Rechercher sur le site

Position du groupe communiste front de gauche au conseil de Paris relative à la consultation publique de l’hôpital Grand Paris Nord

Nous sommes dans un contexte de destruction des services publics de proximité et notamment dans le domaine de la santé. En effet, le projet de l’hôpital Grand Paris Nord va, contrairement à ce qui est annoncé, réduire l’accès aux soins pour toutes et tous.

L’ouverture du futur Grand Hôpital est prévue pour 2027, il émanera de la fusion des deux hôpitaux : Bichat (dans le 18eme arrondissement) et Beaujon dans les Hauts de Seine. Il est prévu que le Grand Hôpital ait 816 lits.
Même si ce chiffre paraît important pour un unique établissement, cela représente 30% de lits en moins par rapport aux deux autres hôpitaux réunis avant fusion. Ainsi, il y aura une suppression de près de 500 lits, ce qui correspond à la taille d’un hôpital de ville moyenne.

C’est ainsi que le Nord de Paris perdrait un service d’urgence, une maternité et plusieurs services spécialisés, une activité hospitalo-universitaire de premier plan qui réunit aujourd’hui 7000 étudiants.
Nous posons une question majeure : comment ce « super hôpital » pourra t-il couvrir un bassin de 600 000 habitants et répondre aux 120 000 urgences des deux hôpitaux déjà existants ?

S’ajoute à cela des difficultés d’ordre environnementales. Le Grand Hôpital Paris Nord va engendrer des flux de véhicules inédits : ambulances et éloignement de la population donc plus de voitures. Cet Hôpital sera au bout de la ligne 13 et celle-ci est déjà très encombrée. Nous regrettons que l’aspect écologique ne soit pas pris en compte dans la conception de ce projet.
Au niveau national, les hôpitaux géants ont toujours été des désastres économiques et écologiques. Les hôpitaux dans les centres villes favorisent l’accès piéton ce qui réduit l’impact écologique.

Ce projet de « méga hôpital » auquel nous nous sommes toujours opposés depuis 2015, notamment lors des conseils de Paris de mars, mai et novembre 2015 va affaiblir une fois de plus notre service public de proximité, engendré par un démantèlement de l’offre de soins. Le vœu de mai 2015 était relatif à l’avenir de l’hôpital Bichat, et le vœu de juillet 2018 était en lien avec l’AP-HP.

Nous affirmons la nécessité d’un maintien de deux hôpitaux, et même la création d’un troisième établissement. Pour renforcer le service public, il ne s’agit pas de faire des regroupements dans le seul but d’économiser, il faut augmenter les moyens alloués à la santé. Les patients, la communauté médicale et les personnels de santé le demandent.

Nous ajoutons également que cet hôpital devrait être construit sur un des derniers sites industriels en immédiate proximité de Paris : PSA. Les 350 employés du site vont, de fait, se retrouver en grande difficulté.

Nous dénonçons aussi la démarche spéculative de l’AP-HP qui vend son patrimoine immobilier dans Paris pour financer ses opérations de restructuration. Pour le seul projet du grand hôpital nord, l’APHP a prévu de céder l’hôpital Bichat, l’Université Villemin dans le 10ème ainsi que l’Université Garancière dans le 6ème arrondissement.

Ce projet met à mal le service public et l’accès à la santé pour toutes et tous. Sa réalisation engendrerait baisse des effectifs du personnel médical, ainsi que la destruction d’un site industriel, générateur de nombreux emplois.
Nous ne pouvons admettre que la solution avancée des regroupements hospitaliers soit la réponse aux besoins de santé de proximité pour les parisiennes et les parisiens.

Publié le

7 mars 2019

Auteur-e-s