Rechercher sur le site

Poursuites à l’encontre du Porte-parole du DAL, Jean-Baptiste Eyraud : La Préfecture ment et la Mairie de Paris se montre bien timide…

Communiqué de Danielle Simonnet - Conseillère de Paris, élue du XXème arrondissement. 20/02/2013.

Lors du précédent Conseil de Paris, Danielle Simonnet a présenté un vœu visant à exprimer la solidarité du Conseil de Paris à l’égard de J.B. Eyraud, porte-parole du DAL, poursuivi pour refus de prélèvement ADN, et à se prononcer en faveur de l’amnistie des militants et syndicalistes poursuivis en raison de leur engagement.

Danielle Simonnet déplore que les groupe PS et EELV du Conseil de Paris aient préféré présenter un contre vœu, prétextant qu’on ne pouvait pas demander une enquête interne à la
Préfecture de Police de Paris puisque qu’il y avait enquête judiciaire. Ce qui est absolument faux ! Cet argument juridique de mauvaise foi laisse sous-entendre que le porte-parole du
DAL serait en tort et de fait violent, et leur permet surtout de ne pas prendre position sur la loi d’amnistie.

Danielle Simonnet est scandalisée par les déclarations du représentant de la Préfecture.
Le représentant du préfet a osé dire publiquement en séance que le rassemblement était illégal et non autorisé. Or, vérification faite auprès du DAL, celui-ci avait bien envoyé une déclaration de manifestation et la Préfecture était parfaitement au courant du rassemblement puisqu’elle avait joint de plus le DAL avant. Ces mensonges sont inacceptables !

En outre, une vidéo discrédite la thèse policière selon laquelle un CRS victime de violence par J. B. Eyraud est erronée. On y voit nettement le porte-parole du DAL jeté à terre violemment par le CRS. Pour Danielle Simonnet, l’enquête interne aux services de la Préfecture de Police de Paris pour faire toute la lumière sur les violences dénoncées par le porte-parole du DAL est plus que jamais nécessaire.

Danielle Simonnet réaffirme l’engagement du Front de Gauche en faveur d’une loi d’amnistie de toutes celles et ceux victimes de la répression du mouvement social.

Le 29 octobre 2012, lors d’une manifestation pour le droit au logement déclarée et non violente, Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL avait été « encagé » par les forces de police, sans explication, conduisant les familles vers des cars de police stationnés le long de la Préfecture. Dénonçant ce traitement, JB Eyraud relate avoir alors été sorti du périmètre policier, et avoir été brutalement repoussé, puis jeté à terre, après avoir reçu un coup de poing au visage. Le 1er janvier 2013, Jean Baptiste Eyraud a été convoqué au commissariat du 15ème arrondissement de Paris suite à une plainte pour violence ayant entraîné une ITT de 6 jours, déposée par le CRS qu’il désigne comme celui l’ayant jeté à terre et frappé au visage. Convoqué au commissariat, JB Eyraud s’est vu signifier son obligation de se plier à un prélèvement ADN, ce qu’il a refusé. Il va dorénavant être poursuivi pour son refus de prélèvement d’ADN.

JB Eyraud, militant exemplaire et infatigable pour le droit élémentaire de toutes et tous à être logé-e-s dignement, peut compter sur le soutien et la solidarité sans faille du Parti de Gauche Paris dans cette affaire !

Liens vers les deux vœux présentés au Conseil de Paris, la vidéo des évènements lors du rassemblement du DAL.

Publié le

20 février 2013

Auteur-e-s