Rechercher sur le site

Question d’Actualité d’Emmanuelle Becker relative à la rentrée scolaire 2012 à Paris

Question au Maire de Paris en séance du 9 juillet 2012

Monsieur le Maire,

Pendant 5 ans, nous avons subi de plein fouet la pire politique concernant l’Education Nationale depuis la Libération. La réforme de la formation des enseignants, les coupes budgétaires, la diminution drastique du nombre de postes, la suppression des RASED, la casse de l’éducation prioritaire sont autant d’exemples qui illustrent la volonté du gouvernement précédent de sacrifier l’éducation des enfants sur l’autel du Triple A.

L’école républicaine est, et demeure malgré les attaques, un service public d’excellence. Son rôle fondamental pour l’ensemble de la société n’est pas à démontrer.

Aujourd’hui, nous devons affronter une situation terrible où la casse qui a duré tant d’années doit impérativement être réparée. Et il y a urgence. Car, et ce n’est une surprise pour personne, les premières victimes des mesures d’économies de ces dernières années sont bien souvent les enfants les plus en difficulté.

C’est donc à présent la responsabilité du gouvernement de rendre à ces enfants les chances que Monsieur Fillon a voulu leur voler. Or il apparaît que l’enveloppe budgétaire prévue pour l’année prochaine ne permettra pas de satisfaire cette ambition. A Paris, 15 postes d’enseignants vont être créés. Il s’agit là d’un inversement positif de la tendance. Mais ils ne suffiront pas à compenser les milliers de postes supprimés par le gouvernement précédent.

Le Gouvernement prévoit une loi d’orientation à l’automne. Nous nous en réjouissons et espérons qu’elle sera élaborée avec l’ensemble de la majorité parlementaire et surtout avec l’ensemble des acteurs de l’éducation. Mais devant l’urgence de la prochaine rentrée scolaire, il faut commencer par donner une réponse rapide aux problèmes qui se posent sous la forme d’un collectif budgétaire.

La loi de finances rectificative sera examinée au Parlement à compter de la semaine prochaine, et devra être votée le 31 juillet. Il est donc encore temps de modifier l’enveloppe budgétaire allouée à l’Éducation Nationale. Si cette enveloppe est revue à la hausse, il sera alors possible de recruter de nouveaux enseignants pour la rentrée, grâce aux candidats inscrits sur la liste complémentaire du concours 2012.

Par ailleurs, si le gouvernement permettait d’ouvrir la liste complémentaire en cours d’année pour subvenir aux besoins des écoles, cela permettrait aux écoles Parisiennes de limiter les effets des derniers coups portés par le gouvernement Fillon pour l’année 2012.

C’est pourquoi, Monsieur le Maire, nous souhaiterions connaître les dispositions qui seront prises pour la rentrée prochaine, et savoir s’il est envisagé que l’exécutif de la Ville s’adresse au Gouvernement afin de mettre en place les réformes nécessaires au bon déroulement de la rentrée scolaire 2012 à Paris.

Je vous remercie.

Publié le

19 juillet 2012

Auteur-e-s