Rechercher sur le site

Question d’Actualité d’Hélène Bidard relative à la prise en charge des familles avec enfants à la rue

Intervention en séance du Conseil de Paris du 8 juillet 2013.

Monsieur le Maire, chers collègues,

Ma question portera sur les familles, de plus en plus en nombreuses, qui se retrouvent à la rue à Paris, avec des enfants en bas âge.
En effet, des dizaines et des dizaines de familles à la rue ne bénéficient actuellement d’aucune prise en charge. Or, nous maintenons que si l’hébergement d’urgence relève de la responsabilité de l’Etat, la protection de l’enfance relève, elle, de notre Département.
En 2011, notre assemblée s’est dotée d’un nouveau règlement de l’aide sociale à l’enfance et l’expérience nous a trop souvent montré, depuis, des cas de familles qui devraient relever de l’aide sociale à l’enfance et sont en fait renvoyées vers le 115.

Le budget de la prise en charge hôtelière au titre de l’aide sociale à l’enfance a fortement augmenté ces dernières années mais ces moyens restent à la fois nécessaires et insuffisants. Les exemples de renvoi vers le samu social ne manquent pas. Une famille domiciliée par une Permanence Sociale d’Accueil de la Ville a été renvoyée vers le 115 avec un bébé de 5 mois. La famille s’est acheté une tente et dormi plusieurs nuits dans le bois de Vincennes avant de bénéficier d’une aide alimentaire pour quelques jours et pour laquelle, bien sûr, la demande doit être renouvelée. A ce jour, cette famille ne bénéficie toujours pas d’une prise en charge hôtelière au titre de la protection de l’enfance.

Une autre famille, avec un enfant de 2 ans et demi, a dormi plusieurs nuits à la rue avant de bénéficier d’une aide à la subsistance et enfin d’une prise en charge hôtelière au titre de la protection de l’enfance pour 3 mois. Il y a quelques semaines, un couple avec une petite fille de 9 ans s’est retrouvée à la rue après interruption de la prise en charge de l’ASE et a passé la nuit dans un hall d’hôpital, la veille des évaluations scolaires.

Dernièrement c’était une femme seule avec un jeune enfant de 2 ans et une fille de 19 ans qui passait plusieurs nuits dans un couloir. On nous répondra que ces exemples sont des cas exceptionnels, ce qu’ils ne sont pas.

Mon groupe est intervenu à de nombreuses reprises sur ce sujet depuis 2011, et notamment pour exiger la reconnaissance du fait qu’un enfant à la rue est un enfant en danger et que ces familles ont droit à la protection accordée au titre de l’aide sociale à l’enfance. L’hôtel n’est pas une solution mais un minimum de protection à garantir.

En entretenant un flou sur cette question nous mettons régulièrement les travailleurs sociaux en difficultés.

Ma question Monsieur le Maire est donc la suivante : quelles mesures précises allez-vous prendre pour qu’une famille qui se retrouve à la rue avec des enfants soit systématiquement et le plus rapidement prise en charge au titre de l’aide hôtelière de l’aide sociale à l’enfance à défaut d’être relogée ?

Je vous remercie.

Publié le

10 juillet 2013

Auteur-e-s