Rechercher sur le site

Question d’actualité : CDG Express pour nous c’est non !

La colère monte à propos du projet de ligne Charles de Gaulle express. Alors que le RER B dessert déjà l’aéroport de Roissy, que la future ligne 17 du Grand Paris Express y prévoit un arrêt, un projet d’aménagement pharaonique, qui va demander plus de moyens que tous les investissements transports pour la région Ile de France, propose de relier directement la Gare de l’Est à l’aéroport. Injuste, inutile et nuisible pour les riverains, il faut combattre ce projet scandaleux. Retrouvez l’intervention de Didier le Reste

Merci, Madame la Maire, Monsieur le Préfet,

Ma question s’adresse à Mme la Maire sur le projet de ligne ferroviaire baptisée Charles de Gaulle Express.

Madame la Maire, la colère monte, au sujet de cette aberration que constitue le C.D.G. Express, cette ligne ferroviaire V.I.P. réservée aux seuls passagers de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, dont le tarif modique serait indiqué à 24 euros.
Cette ligne, reliant directement la gare de l’Est à l’aéroport de Roissy, passera par des quartiers populaires de Paris, notamment le 18e, par des villes de Seine-Saint-Denis, sans desserte pour les habitants. Elle risque de causer de graves nuisances quotidiennes pour les riverains, notamment dans le 18e car, en l’état, il n’est pas prévu qu’elle soit couverte ou enterrée.

Nous nous interrogeons sur la pertinence de cette ligne, alors que la ligne B du RER relie déjà Paris et Roissy, et que la ligne 17 du Grand Paris Express desservira aussi l’aéroport.

Rappelons la fréquentation de cette ligne, qui sera très probablement faible par rapport à celle du RER B qui transporte en moyenne 900.000 passagers par jour, soit près de 30 millions par an.

La construction de cette ligne dégraderait considérablement la qualité de l’aménagement urbain prévu au Nord de Paris, et en particulier celle du parc urbain de plusieurs hectares, dont le secteur Chapelle/Charbon, qui est fortement attendu dans le 18e.

Ce projet fait peser un très gros risque sur les finances publiques et menace d’être un gouffre financier pour la S.N.C.F. A.D.P., un gouffre que devront combler l’Etat et les collectivités territoriales.

Le 2 février 2016, l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routière rappelle que, selon la loi, S.N.C.F. Réseau ne peut financer ce projet, dont la marge opérationnelle est particulièrement faible. Elle en appelle donc à des financements publics pour financer le C.D.G. Express : comprenez les contribuables parisiens.
Le C.D.G. Express est surtout profondément injuste : il utiliserait en grande partie le réseau ferré existant déjà saturé, tant la sortie de la gare de l’Est que sur le réseau Nord. Il coûterait plus cher que tous les crédits prévus par le contrat plan Etat/Région pour la modernisation de l’ensemble des lignes RER et du Transilien. Cette aberration financière témoigne d’un mépris des riverains sur l’ensemble de son tracé comme des Franciliens en général.

Enfin, il est contesté en l’état par l’Autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et du développement durable qui la juge non conforme à la réglementation en vigueur.

Alors que de nombreux élus locaux s’opposent au niveau francilien à la création de cette ligne, nous vous demandons, Madame la Maire, d’appuyer cette démarche en exigeant que les sommes prévues pour le C.D.G. Express soient consacrées à l’amélioration des conditions de transport pour les lignes de RER, notamment la ligne RER B dont les marges de progression et d’amélioration et son attractivité ont besoin d’investissements massifs, tant dans les infrastructures que dans le matériel roulant. Elle relève d’un véritable intérêt général, reconnu par tous, à l’inverse de ce projet insensé.

Nous vous demandons, Madame la Maire, d’exprimer les plus grandes réserves sur ce projet, en perspective de son examen en conseil d’administration du S.T.I.F., qui a lieu le 1er juin, et dans le cadre de l’enquête publique qui aura lieu le 8 juin. Et nous vous demandons d’organiser un débat au Conseil de Paris pour que l’ensemble des élus s’expriment sur ce sujet.

Publié le

23 mai 2016

Auteur-e-s