Rechercher sur le site

Question d’actualité suite à la politique de fichage engagée par le PSG

Le Conseil d’État a suspendu la mise en œuvre du fichier « STADE ». Notre groupe a dès le début apporté son soutien à la Ligue des Droits de l’Homme et aux associations de supporters qui ont porté cette requête. Nous ne pouvons pas accepter que le Parc des Princes, propriété de la ville, soit une zone de non droit. Nous renouvelons notre demande d’une table ronde avec les supporters, l’État et les dirigeants de clubs.

Retrouvez l’intervention de Nicolas Bonnet-Oulaldj

Madame La Maire, mes chers collègues,

Le 13 mai dernier le juge des référés du Conseil d’État, a suspendu la mise en œuvre du fichier « STADE » consacré aux supporters parisiens. Notre groupe a dès le début apporté son soutien à la ligue des Droits de l’Homme et des associations de supporters qui ont porté cette requête.

Je tiens à réaffirmer que les supporters, qu’ils soient ultras ou pas, ne sont pas tous des hooligans et le respect de leurs droits et de leur liberté nous concerne tous.
C’est la liberté dans son ensemble qui est touchée et cela s’étend bien au-delà du monde des supporters ; verrons-nous de tels fichiers prospérer : à ceux qui manifestent ? À ceux qui s’engagent politiquement ou syndicalement. ? C’est déjà le cas avec lorsque des syndicalistes apparaissent sur un fichier informatisée avec empreintes génétiques.

La « ville intelligente », ce n’est pas une ville sous surveillance qui collecte des données et qui limite les libertés. La ville intelligente c’est celle qui émancipe et qui garantit les droits de l’homme.

Revenons sur le cas des supporters Paris Saint Germain.

Une jeune femme abonnée au Parc des Princes, a vu sa carte d’accès refusée, suite au déploiement d’une banderole lors de France-Japon en 2012 au Stade de France, elle a vu s’afficher "Accès refusé/Supporter indésirable" au Parc des Princes. Elle n’avait rien à se reprocher. Les forces de police lui ont alors expliqué : "On n’a rien à vous reprocher puisque nous n’avons rien contre vous. C’est le PSG qui décide." ». Le tribunal d’instance du XVIe arrondissement de Paris a d’ailleurs condamné le club à lui verser 1 100 euros de dédommagements.

Autre exemple, plusieurs supporters comptaient assister au match de l’équipe féminine entre le PSG et Wolfsburg au stade Charléty se sont vus refuser l’entrée avec comme argument : "désolé, le PSG ne veut pas de vous. Pourtant, aucun n’a d’interdiction de stade en cours, ni de casier judiciaire, ni d’alcoolémie ou de trouble à l’ordre public. Leur accès a été refusé simplement parce que qu’il sont considérés comme “ultra”...

Je vous rappelle aussi qu’un supporter s’est fait exclure du Parc des Princes pour avoir dénoncer l’augmentation des tarifs.

Madame la Maire, nous ne pouvons pas accepter que le Parc des Princes, propriété de la ville, soit une zone de non droit.

Les supporters sont une richesse culturelle et nous devons défendre leur liberté.
Nous vous demandons une intervention ferme vis-à-vis du gouvernement et de la direction du PSG pour que la liberté des supporters soit respectée.

Nous attendons toujours l’organisation de cette table ronde avec les supporters, l’État et les dirigeants de clubs, nécessaire pour renouer le dialogue.

Nicolas Bonnet Oulaldj
Président du groupe Communiste- Front de Gauche
au Conseil de Paris

Publié le

30 mai 2015

Auteur-e-s