Rechercher sur le site

Question d’actualité relative à la rénovation de la Gare du Nord

Suite à la critique publique de l’exécutif concernant le projet de rénovation de la Gare du Nord, Didier Le reste interroge la Maire sur les étapes à suivre et incite à travailler sur une proposition alternative plus sobre qui respecte et réponde aux besoins des usagers, des personnels et des riverains.

Retrouvez sa question d’actualité

Madame La Maire,

Monsieur Le Préfet,

Chers collègues,

Au mois de juillet 2018 nous avons appris par voie de presse le lancement du projet de la Gare du Nord 2024, annoncé par la direction de la SNCF en présence de la Maire de Paris et du 10e.

Dès lors, nous avions exprimé notre opposition sur le fond de ce projet qui nous semblait engagé sur de mauvais rails.

Le projet « Gare du Nord 2024 » prévoit de tripler la taille et de multiplier par cinq les services et espaces commerciaux tout en augmentant très peu l’espace et les structures liées aux activités ferroviaires.

Surtout, il est prévu que la SNCF ne garde que 34 % des parts. C’est Auchan, à travers sa filiale Ceetrus rebaptisé STATIONORD qui a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la gare.

Le montage financier laissait donc apparaitre que le vers était dans le fruit, et que ce qui se préparait était à terme une véritable privatisation de la gare contraire à l’intérêt général.

Les gares sont des lieux de passage, de rencontre qui doivent permettre la circulation et la multimodalité, l’offre de services liés au transport aux voyageurs et aux voyageuses sans que ceux-ci ne soient sollicités pour consommer toujours davantage.

Nous nous opposons au fait que les grandes enseignes commerciales puissent remodeler Paris et en faire la capitale de l’hyperconsommation.

Les Parisiens ont besoin d’une vraie gare, pas d’un centre commercial géré par Auchan pour être une vitrine de la start-up nation lors des JO de 2024.

C’est pour cela que nous avons voté contre la délibération présentée lors du conseil de paris de juillet dernier sur le dossier comprenant l’étude d’impact environnemental et la demande de permis de construire dans le cadre de la consultation préalable des collectivités.

Nous nous réjouissons donc qu’Alexandra Cordebard, Madame la Maire du 10e arrondissement, et Jean-Louis Missika, l’adjoint en charge de l’urbanisme, estiment aujourd’hui que la Gare doit être « entièrement consacrée à l’accueil et au confort des voyageurs » et que le projet Gare du Nord 2024 doit être revu de façon substantielle à l’instar entre autre de ce qui a été demandé en septembre dernier par un collectif d’architectes !

Signalons que ce matin, réunis en séance plénière du CSE SNCF-Réseau IDF, les organisations syndicales de la SNCF ont toutes demandé l’arrêt du projet.

Comme le disait notre camarade Henri Krasucki « Nous avons souvent tort d’avoir raison trop tôt. »

Alors que la majorité municipale parisienne est engagée à côté d’autres forces ensemble dans la mobilisation contre la privatisation d’ADP, il est cohérent que nous refusions collectivement que la plus grande gare de France soit privatisée.

Les élus parisiens, ont leur mot à dire pour défendre le maintien dans le giron public de la Gare du Nord, première gare de France d’Europe avec plus de 200 millions de voyageurs par an.

Tout en restant opposés sur le fond du dossier, nous avons formulé de nombreuses propositions pour améliorer le fonctionnement interne de la gare et pour désenclaver son environnement.

Entre autres, nous proposons de développer les services ferroviaires à l’intention des usagers, de développer la présence d’autres services publics au sein de la gare (bureau de poste …) et d’aménager la partie nord de la gare permettant une meilleure circulation piétonne entre la Gare du Nord et le boulevard de la Chapelle.

Nous vous demandons Madame la Maire, quelle est la prochaine étape ?

Pouvons-nous ensemble travailler à une proposition alternative d’aménagement de la Gare du Nord plus sobre et qui respecte et réponde aux besoins des usagers, des personnels et des riverains ?

Publié le

4 octobre 2019

Auteur-e-s