Rechercher sur le site

Question d’actualité relative au Théâtre Tarmac

Suite à l’annonce par la Ministre de la culture de la disparition du Tarmac, théâtre populaire du 20ème arrondissement et son remplacement par le Théâtre Ouvert, Nicolas Bonnet Oulaldj s’inquiète des choix du gouvernement en matière de culture. La ville n’est pas décisionnaire sur ce dossier mais elle est concernée. Il demande alors à la Maire sa position sur le sujet.

Retrouvez sa question...

Madame la Maire,

Je vous propose de rester sur le terrain de la culture, ou plus précisément sur le Tarmac. La culture à Paris serait-t-elle la victime des choix du Gouvernement ?

Le 31 janvier, la Ministre de la Culture a annoncé la disparition du Tarmac, théâtre populaire au cœur du 20e arrondissement, et son remplacement par le Théâtre Ouvert. Cette décision a conduit à la mobilisation d’artistes, à la diffusion de pétitions, pour défendre la survie du Tarmac.

Le Tarmac est un théâtre populaire qui s’est ancré progressivement sur son territoire, symbole de diversité. Le projet mené par le Tarmac connaît un succès important, on compte près de 75 % de fréquentation en moyenne dans ses salles, et un travail important avec les collèges, notamment le collège Gambetta dans le 20e.
Le Tarmac a toujours développé des partenariats avec l’espace francophone, autant que son expertise sur la francophonie.

Le Théâtre Ouvert, situé 4 bis, cité Véron, dans le 18e arrondissement, est une association dirigée par Catherine MARCILHAC et présidée par Catherine TASCA, ancienne Ministre de la Culture déléguée à la francophonie.
Il aurait vocation à devenir un espace dédié à la francophonie dans le cadre d’un projet et d’une programmation repensée, en lieu et place du Tarmac. Remplacer un théâtre par un autre, c’est une décision étonnante quand on sait que les deux théâtres portent des projets différents, mais complémentaires pour la culture.

De plus, aucun dialogue, aucune concertation n’ont été engagés avec la direction du théâtre et les acteurs actuels. La décision a été prise unilatéralement, mettant la direction devant le fait accompli, et sans aucune solution alternative. La Ministre de la Culture a publié un communiqué de presse, simplement pour annoncer ce projet.
L’équipe du Tarmac a vivement réagi en soulignant que, derrière la promotion de la francophonie, se cache la volonté de réduire les coûts qui a poussé le Gouvernement à prendre cette décision. Quel message pour la culture ? Celui de la compétition et de la concurrence comme les services marchands ? Comment le Ministère de la Culture peut-il opposer deux lieux culturels ?

Madame la Maire, vous avez été nombreux à saluer, dans cet hémicycle, Jack Ralite au moment de son décès, ancien député communiste, incarnant le grand projet des Etats généraux de la Culture en 1987, qui aboutira à une déclaration des Droits à la culture.

Dans le prolongement de son combat, a été lancé récemment l’Appel de Montreuil, que j’ai signé, et qui interpelle l’Etat sur sa politique culturelle et les moyens qui y sont consacrés. La Ville de Paris a démontré son attachement à la culture en étant une ville d’accueil pour des projets culturels différents. C’est la possibilité d’y voir la culture, les cultures, sous des angles d’approche différents, qui font ainsi la richesse de Paris.

Alors, Madame la Maire, la Ville n’est pas décisionnaire, mais elle est concernée car elle subventionne le théâtre à hauteur de 60.000 euros, et les partenariats ont été noués avec les collèges. Je vous saisis pour connaître votre position sur ce sujet.

Publié le

7 février 2018

Auteur-e-s