Rechercher sur le site

Raphaelle Primet rend hommage à Charlotte Delbo

Intervention en séance du conseil de Paris des 9 et 10 février 2015

Mes chers collègues,

Née en 1913 et décédée en 1985, Charlotte Delbo a mêlé sa vie à celle d’un siècle. Résistante communiste, elle est arrêtée en 1942. Après le fort de Romainville, Charlotte Delbo et ses compagnes sont déportées, le 23 janvier 1943, à Auschwitz. Elles sont 230. Cinq mois plus tard, la faim, le typhus, le froid et les travaux forcés en auront tué 180. Puis elles sont transférées à Ravensbrück. En avril 1945, elles seront 49 à revenir.

Elle écrit à son retour en forme de thérapie « Aucun de nous ne reviendra », et ne le publie que 20 ans plus tard. Ce sont les biographies des 230 femmes du Convoi du 24 janvier et le récit des jours passés à Auschwitz. Elle leurs rends hommage avec ses mots précis et implacables et assume le rôle qu’elles lui avaient fixé : témoigner . Après la parution de ce livre, elle ne cessera plus d’écrire, l’écriture comme ultime moyen de résistance, elle dit « Je n’écris pas pour écrire je me sers de la littérature comme d’une arme car la menace est trop grande ».

Et elle témoignera jusqu’au bout enchainant les conférences dans le monde entier où paradoxalement son œuvre est plus connue qu’en France , nous espérons que cette plaque contribuera à la sortir de l’oubli.

Le même jour, madame la maire, où vous pénétriez sur le territoire du camp d’ Auschwitz, entourée d’élus de notre conseil et de lycéens parisiens, des élus de Seine Saint Denis commémoraient le 72 ème anniversaire du départ du fort de Romainville du convoi de femmes résistantes, communistes pour bon nombre, dans lequel figuraient entre autres, Marie Claude Vaillant Couturier, Danièle Casanova, Madeleine Odru et Charlotte Delbo. Et ce sont ces femmes, après des jours d’un voyage terrible, qui trouvèrent la force et le courage d’entonner la Marseillaise, en passant sous le sinistre portail du camp de la mort. « Et ce jour là, comme aurait pu le dire André Malraux, elles avaient le visage de la France. »

Je vous remercie.

Publié le

10 février 2015

Auteur-e-s