Rechercher sur le site

Réaction de Raphaelle Primet contre les voeux condamnant le bocyott des produits israéliens

Intervention de Raphaëlle Primet

Madame la Maire, mes chers collègues,

En septembre dernier, le groupe « les Républicains » avait déjà déposé un vœu demandant la condamnation des appels au boycott des produits israéliens. La majorité, unie, avait alors voté contre ce vœu de manière unanime.

Mais les Républicains ont souhaité revenir à la charge et malheureusement, ce coup-ci, vous avez souhaité suivre leur emboiter le pas. En faisant cela, vous occultez volontairement le fait majeur de ce conflit qu’est la colonisation des territoires palestiniens. Ces territoires dont les frontières ont pourtant été reconnus à la suite des accords d’Oslo.

Les élu-es communistes-Front de Gauche sont en total désaccord avec ces deux vœux qui constituent une atteinte à la liberté d’expression.

En premier lieu car nous sommes opposés à cette autre « exception française » qu’est la criminalisation du boycott. Les circulaires Alliot-Marie et Mercier permettent d’engager des poursuites contre des militants non violents, nous demandons l’abrogation de ces deux textes. D’autant que je remarque que dans certains cas, les appels au boycott sont tolérés et même encouragés. Je pense entre autre au boycott de la Birmanie au temps de la junte militaire, ou à celui du Mexique durant l’affaire Florence Cassez.

Il n’est pas possible de tirer un trait d’égalité entre l’occupant et l’occupé, comme le vœu du groupe socialiste le fait. Comment agir pour une solution à deux états sans contraindre le gouvernement israélien d’extrême droite à s’asseoir à la table des négociations ? Quels autres moyens pour les citoyens de s’opposer à l’expansion des colonies ?

Vous vous dîtes être contre toute forme d’isolement : dans ce cas-là que pensez-vous du mur de la honte construit par Israël ?

Les Maires de Ramallah, Jéricho et Bethléem ont fait part à la Maire de Paris de leur inquiétude suite à la publication de ce vœu. Dans ce courrier qu’ils ont adressé la semaine dernière, ces trois Maires s’inquiètent du « signal à contre-sens des efforts de paix et du droit international que risquerait d’encourager l’occupation et la répression du peuple palestinien » si ce vœu venait à être adopté.

Nous partageons leur crainte. Voilà pourquoi nous voterons contre le vœu de l’exécutif et contre le vœu du groupe « les Républicains ». Pour notre part, nous continuerons à défendre le recours au boycott tant que le Peuple palestinien ne sera pas libre.

Je vous remercie.

Publié le

16 février 2016

Auteur-e-s