Rechercher sur le site

Relatif à l’augmentation du prix du Pass Navigo

Madame la Maire,

Nous venons d’en parler, chacun sait que la limitation de la pollution à Paris et en Ile de France, et plus largement la transition écologique de notre société, passera obligatoirement par le recours plus large aux transports en commun.
Le droit à la mobilité des Franciliens est une question cruciale, et une problématique profondément sociale. Sa limitation peut dégrader sensiblement l’accès à l’emploi, aux études, à la culture ou aux activités sportives. C’est pourquoi nous devons mener un véritable combat pour l’accès le plus large aux transports publics et par la garantie d’un tarif accessible au plus grand nombre.

En ce sens, la mise en place du PASS NAVIGO à tarif unique à 70 euros pour l’ensemble des transports publics franciliens a constitué une avancée majeure. Et c’est précisément ce sur quoi Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile de France, tente de revenir et ce sur le dos des usagers.

L’annonce très médiatique de l’augmentation du pass à 85 euros est devenue 73 euros. Cette augmentation, même contenue, est déjà une mauvaise nouvelle, qui en précède une autre : le transfert à la région de toute la dynamique de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises. Une recette fiscale qui revient normalement aux départements, déjà en grande difficulté financière. Cette décision va impacter durement Paris et les départements de la petite couronne.

Le financement des transports publics franciliens nécessite la création de recettes supplémentaires pour répondre aux besoins croissants, et non pour la ponction de recettes d’autres collectivités.

Nous vous proposons ainsi, Madame la Maire, d’interpeller le gouvernement et la région Ile de France pour s’opposer à l’augmentation du pass navigo du 1er août comme au transfert de la dynamique de la CVAE à la région.

Pour financer le pass navigo unique comme les investissements indispensables pour le réseau de transport régional, nous proposons des nouvelles ressources, ce que le gouvernement à l’air d’abandonner : Un retour de la TVA à 5,5% pour les transports publics, Une augmentation du versement transport de 2,85% à 3,5% dans les zones les plus favorisées en termes de développement économique de l’Ile-de-France, et la mise en place de l’écotaxe pour financer les investissements nécessaires à la transition écologique.

Publié le

8 juillet 2016

Auteur-e-s